Le gouvernement à l’essai


 
Tout comme le Parti libéral en 2008, le Parti Québécois a été porté hier au pouvoir par une minorité de l’électorat. Il y a quatre ans, Jean Charest avait recueilli 42,8% des voix : hier Pauline Marois a obtenu 31,9% des voix.

Lorsqu’on tient compte du taux de participation (57,4% en 2008 et 74,6% hier), le Parti libéral avait formé un gouvernement majoritaire avec l’appui de 24,6% des personnes aptes à voter, alors que le Parti québécois formera un gouvernement minoritaire grâce à 23,8% de la population adulte.

PQ PLQ CAQ QS etc.
2012 – Pourcentage des votes 31,9% 31,2% 27,1% 6,0% 3,8%
2012 – Pourcentage de l’électorat 23,8% 23,2% 20,2% 4,5% 2,8%
2008 – Pourcentage des votes 35,2% 42,8% 16.4% 3,8% 1,9%
2008 – Pourcentage de l’électorat 20,2% 24,6% 9,4% 2,2% 1,1%

Note : dans le tableau ci-dessus les données dans la colonne de la CAQ sont celles de la CAQ (en 2012) et de l’ADQ (en 2008).

 
Diriger un gouvernement minoritaire, ce n’est pas ce que souhaitait le PQ, mais c’est la meilleure chose qui pouvait lui arriver dans le contexte actuel.

Le PQ stagne aux alentours de 33% dans les intentions de vote dans toutes les élections générales depuis une décennie. Tout au long de la récente campagne électorale, le PQ a fait du surplace. On peut même dire que sans la CAQ, le Parti libéral aurait été réélu hier soir.

La raison est simple. La grande majorité des Québécois sont en faveur du maintien du Québec au sein de la fédération canadienne. Les mois qui viennent sont une occasion pour le PQ d’apprivoiser les Québécois, très majoritairement fédéralistes, donc méfiants à l’égard d’un parti indépendantiste.

Parce que le talon d’Achille du PQ, c’est l’empressement. Si le PQ s’était retrouvé à la tête d’un gouvernement majoritaire, ses militants les plus ardents l’auraient pressé à s’engager dans des réformes controversées qui auraient handicapé sa réélection au scrutin d’après.

Mais un gouvernement minoritaire est un gouvernement condamné à se faire aimer. S’il est vrai que ses adversaires politiques ont intérêt à ce qu’il se trompe, ils n’ont pas intérêt à voter en faveur de ses erreurs.

Il est donc prévisible que les projets de loi adoptés l’Assemblée nationale seront des mesures aimables, susceptible de rallier malgré eux les adversaires politiques du gouvernement.

Ce gouvernement n’imposera le bâillon que pour les raisons pour lesquelles cette mesure draconienne a été conçue, soit pour faire taire une minorité bruyante qui fait obstacle à l’intérêt national et à la volonté du peuple.

Un allié libéral de mauvais gré

Le sort de ce gouvernement minoritaire péquiste sera facilité par une opposition officielle décapitée. Tant que le Parti libéral n’aura pas trouvé un successeur à M. Charest (battu dans son propre comté), cette formation politique n’a pas intérêt à provoquer la chute du gouvernement et conséquemment, à déclencher des élections précipitées.

Le Parti libéral devra condamner les mesures gouvernementales… tout en votant pour elles à chaque fois que le gouvernement transformera le projet de loi en une motion de confiance. Rappelons qu’un projet de loi se transforme en motion de confiance lorsque le gouvernement menace à l’avance de démissionner si un projet de loi devait être rejeté par l’Assemblée nationale.

On peut imaginer la frustration des députés libéraux au cours des mois qui viennent à chaque fois que cela se produira.

S’il est habile, le gouvernement actuel s’empressera à accorder l’immunité aux personnes qui voudront témoigner à la Commission Charbonneau (sur la corruption dans l’industrie de la construction). Jusqu’ici, les témoins qui nomment des personnes ou des entreprises à cette Commission, s’exposent à être poursuivies pour diffamation. Avec un projet de loi qui garantit l’immunité des témoins, les langues se délieront.

Pour favoriser l’adoption d’un tel projet de loi, le gouvernement Marois pourra compter sur l’appui de la Coalition avenir Québec (deuxième parti d’opposition), heureuse de contribuer au déclin du Parti libéral et d’augmenter ainsi sa popularité à ses dépens.

D’ici à ce que Mme Marois se sente suffisamment confiante pour déclencher de nouvelles élections afin d’obtenir un mandat majoritaire, le gouvernement péquiste pourra donc compter sur une opposition officielle qui collaborera officieusement avec elle par dépit.

La CAQ, un trésor à piller

Aucun parti politique n’a le monopole des bonnes idées. Le PQ serait sage de regarder attentivement les promesses électorales de ses rivaux pour y voir des mesures à adopter.

Je l’ai dit et je le répète : la promesse de la CAQ de donner un médecin de famille à chaque québécois est une de ses bonnes idées.

Il est inconcevable que le quart de la population québécoise soit privé de l’accès à des soins de première ligne et, conséquemment, doive choisir entre endurer son mal ou attendre des heures pour être soigné à l’urgence d’un hôpital ou dans une clinique sans rendez-vous. La promesse de la CAQ respecte un droit fondamental : celui du droit à la santé.

L’idée de forcer chaque médecin à prendre en charge un nombre fixe de 1 000 patients était simpliste mais l’intention de fond était louable. En réalité, il faut que l’État s’entende avec la corporation professionnelle et les syndicats de médecins pour augmenter la charge de travail moyenne des omnipraticiens de manière à ce que tout le monde ait accès à un médecin de famille, prévoir un pourcentage minimal de rendez-vous consacrés aux urgences et adopter des mesures accessoires — plus précisément la délégation d’actes — qui permettent d’alléger la tâche des médecins et d’éviter d’allonger les délais pour obtenir un rendez-vous.

Bref, réaliser les meilleures promesses des partis rivaux est un moyen de les priver de munitions lors d’un prochain scrutin et de diminuer les raisons de voter pour eux.

Mme Marois pourrait aussi songer à la possibilité de répéter le coup d’éclat du Premier ministre Robert Bourassa qui, en 1970, avait nommé Jean Cournoyer, ministre du travail quelques mois plus tôt dans le gouvernement d’un parti rival, à ce même poste dans son propre cabinet nouvellement élu.

La Première ministre pourrait donc offrir un poste ministériel à certaines vedettes caquistes. Ceux-ci auront le choix entre réchauffer les bancs de la deuxième opposition officielle et souffrir de son manque de visibilité ou, dès maintenant, travailler au progrès du Québec dans un gouvernement d’union nationale.

S’ils sont en nombre suffisant, ces transfuges pourraient même donner au PQ ce qui lui manque pour former un gouvernement majoritaire.

Conclusion

Privés du mandant de s’aventurer dans des réformes importantes, les gouvernements minoritaires représentent des gouvernements faibles, condamnés à se faire aimer du peuple ou à disparaitre.

Pour diriger l’État en dépit des pièges qui leur tendent leurs ennemis, ces gouvernements doivent faire preuve d’habilité et de diplomatie afin d’unir la population derrière eux et ainsi faire hésiter ceux qui voudraient replonger le Québec dans une nouvelle élection.

De tous les partis politiques, le PQ est celui qui possède le plus de gens dont l’intelligence, l’habilité et la ruse sont capables de lui permettre de naviguer dans les eaux tortueuses d’un gouvernement minoritaire.

Les mois qui viennent s’annoncent donc très intéressantes pour ceux qui s’intéressent à l’actualité politique au Québec.

Détails techniques de la photo : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm R — 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2000 — 150 mm

Le gouvernement à l’essai
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :