La campagne électorale au Québec : les 3 et 4 août 2012


 
La CAQ promet d’assigner un médecin à chaque famille

Tout le monde, dès la première année d’un mandat caquiste, se verra assigner un médecin. Ce parti forcera chaque médecin de famille à suivre, en moyenne, mille patients. La liste des noms sera établie par l’État et aucun omnipraticien ne pourra refuser.

C’est un peu ce qui se fait déjà en Grande-Bretagne : non seulement les médecins se voient attribuer les habitants d’un territoire précis mais on leur offre des incitations monétaires s’ils y améliorent la santé des gens qui y vivent, plus précisément s’ils réduisent leur consommation en médicaments et leur besoin en soins hospitaliers.

François Legault déclare : « Au Québec, on a 8 000 médecins de famille. Si vous faites un petit calcul, ça donne plus de 100 médecins par 100 000 habitants. C’est plus que dans le reste du Canada.»

En effet, le Québec se classe au 4e rang des provinces canadiennes quant au nombre de médecins par 100 000 habitants mais au dernier rang pour ce qui est du pourcentage de sa population qui possèdent un médecin de famille; seulement les trois quarts des Québécois ont accès à un médecin de famille. Avec moins de médecins, l’Ontario fait mieux puisque 91% des gens y possèdent un médecin de famille.

Toutefois, l’assignation d’un médecin ne garantit pas sa disponibilité à des rendez-vous. La CAQ promet donc aux médecins, les ressources et la rémunération nécessaires. Des Centres de médecine familiale, ouverts sept jours par semaine jusqu’à 22h, seraient créés dans chaque région du Québec afin de minimiser le recours aux urgences des hôpitaux comme lieux de traitement de première ligne.

Pour terminer, signalons que selon Statistique Canada, la moitié de ceux qui n’ont pas de médecin de famille admettent ne pas en avoir cherché.

Le PQ augmentera les redevances minières

La fiscalité québécoise permet à la moitié des minières québécoises de ne payer aucun impôt. Plus précisément, les redevances de l’industrie minière ne couvrent même pas les coûts de restauration des sites abandonnés.

Le PQ propose une redevance minimale de 5% sur la valeur brute de la production de minerai. De plus, au-delà d’un profit de 8%, la minière devra payer une taxe de 30% sur les profits subséquents.

La journaliste de Radio-Canada attitrée à la campagne péquiste déclare : « Pendant des mois, le PQ a fait la guerre au projet de loi sur les mines du gouvernement libéral. Et il n’a pu être adopté. C’est que le PQ, sentant venir les élections, espérait mettre en place ses propres politiques.»

Vraiment ? Comment un parti d’opposition peut-il forcer un gouvernement majoritaire à adopter quoi que ce soit ?

Le régime fiscal auquel sont soumises les minières québécoises les incite à utiliser des stratagèmes, tout à fait légaux, qui font en sorte qu’elles ne paient aucun impôt. Alors que le Parti libéral est complice de ce pillage de nos richesses naturelles, le PQ entend, au contraire, y mettre fin.

Références :
Gaz de schiste : des redevances « élevées » ou « justes » ?
Plan nord : redevances basées sur les profits ou sur la valeur brute ?

Le Parti libéral veut favoriser l’embauche des travailleurs âgés

S’ils sont réélus, les libéraux veulent garder les personnes de 55 ans et plus sur le marché du travail. Dans ce but, on promet d’investir plus de 400 millions$. À tire d’exemple, les entreprises bénéficieraient de baisses d’impôt — jusqu’à 1 000$ par année par employé — si elles choisissent des candidats de plus de 65 ans.

La journaliste de Radio-Canada attitrée à la campagne libérale, Martine Biron, déclare : « Sur la route électorale, on est conscient qu’une pénurie de main d’œuvre est à nos portes.» Si tel était le cas, on voit mal la nécessité d’une mesure illégale — reposant sur une discrimination basée sur l’âge — alors que cette pénurie anticipée, si elle survient, provoquera une demande accrue de main-d’œuvre et une croissance de sa rémunération. Cela devrait suffire à garder sur le marché, les personnes aptes au travail. Pourquoi donc gaspiller 400 millions$ ?

Il est à noter que cette promesse extravagante représente à elle seule, plus de la moitié des revenus anticipés de la hausse des frais universitaires.

Référence : L’augmentation des frais de scolarité

Québec Solidaire présente autant de candidates que de candidats

Françoise David annonce que sa formation politique présente autant de candidates que de candidats. : « À ce jour, si vous allez sur le site des autres partis politiques (…) le Parti libéral présente 39% de candidates, le Parti québécois 29%, la Coalition pour l’avenir du Québec 19%, et Option nationale 22%.»

Incidemment, rendons à César ce qui appartient à César : M. Charest a nommé plus de femmes au sein de ses trois gouvernements successifs qu’aucun autre de ses prédécesseurs.

Le PQ et les soins à domicile

Le Parti québécois promet de dégager une somme de 100 millions$ par année pendant cinq ans pour offrir des soins aux personnes âgées qui veulent demeurer à domicile. Au baume, entre autres, pour les aidants naturels.

Les libéraux veulent faire travailler les assistés sociaux

Sous le thème de « Valoriser le travail », le chef libéral propose des mesures pour aider les bénéficiaires de l’aide sociale âgés entre 18 et 21 ans et les personnes seules, à reprendre le travail.

M. Charest déclare : « Nous allons vouloir (sic) lever les barrières pour certains Québécois pour qui l’accès au marché du travail peut être un peu plus difficile.»

Il a promis des mesures pour favoriser le retour au travail des assistés sociaux de 18 à 21 ans. De plus, il s’est engagé à bonifier la prime au travail pour les personnes seules; le montant maximal passerait de 532$ à 732$ par année.

Le chef libéral a souligné que le taux d’assistance sociale est à son plus bas niveau depuis 1976. Mes informations sont plutôt que le chômage au Québec diminue depuis 1992. Dans tous les cas, on voit mal la nécessité de dépenser l’argent des contribuables à corriger un problème en régression.

Taux de chômage au Canada, de 1988 à 2008

Références :
Duchesneau: «Une arme de destruction massive», dit Gignac
Grand parleur, petit faiseur

La CAQ veut intéresser les jeunes à la culture

François Legault promet non seulement d’épargner le Ministère des Affaires culturelles de son plan d’assainissement des finances publiques, mais s’engage à y investir 100 millions$ supplémentaires, dont 50 millions$ pour initier les écoliers aux productions d’ici. L’autre moitié servira à la promouvoir les artistes québécois à l’étranger.

« Il faut que tous nos jeunes aient la chance, au moins une fois par année, d’assister à un concert de musique classique, de voir une pièce de théâtre…»

Je suis un peu partagé au sujet de ces promesses. D’une part, il est évident qu’en augmentant les subventions au milieu artistique, la CAQ compense pour les coupures récentes du gouvernement fédéral à ce sujet (en évacuant un champ de compétence qui ne lui appartient pas).

Il est donc heureux que la CAQ fasse une priorité du rayonnement international de la culture québécoise. Mais je n’aime pas qu’on insinue que les jeunes manquent de culture. À 20 ans, on a eu trois fois moins d’occasions de s’abreuver de culture que si on en avait 60. Cela est mathématique. Mais cela ne veut pas dire qu’on est destiné à devenir inculte.

En réalité, les jeunes sont curieux et ont une grande soif de culture. Mais ils s’intéressent à la culture vivante d’aujourd’hui, que ce soit la télévision, le cinéma et la musique populaire, entre autres. À cet âge, on s’intéresse moins aux créations du passé présentées habituellement par les troupes de théâtre, les orchestres symphoniques ou les musées.

La campagne électorale au Québec : les 3 et 4 août 2012
Votre évaluation :

2 commentaires à La campagne électorale au Québec : les 3 et 4 août 2012

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    Vos articles sur les élections au jour le jour me paraissent dignes d’éloges. Sincèrement merci.

    • Merci pour votre commentaire.

      Pour des raisons professionnelles, j’ai débuté cette série en retard. J’espère combler peu à peu cet écart et faisant en sorte que mes prochains billets portent sur deux jours à la fois, pour finalement coller de plus près l’actualité.

      Je ne prétends pas à l’objectivité; à titre d’exemple, j’ai promis de monter à genoux les marches de l’Oratoire Saint-Joseph si, à l’issue du scrutin, plus aucun député libéral n’est élu. 😉

      Je n’aime pas la manie des journalistes de Radio-Canada de révéler à l’avance ce que ces partis s’apprêtent à annoncer (ce qui diminue l’impact de leurs conférences de presse) ou en tentant de faire déraper leur campagne électorale (comme ce fut le cas en 2003).

      C’est pourquoi j’entends respecter le plan de match des différents partis, tout en étant critique (s’il le faut) à l’égard de leurs promesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :