FrancoFolies de Montréal – Aperçu du Jour 9

Loco Locass
Jef Barbara
Crash Ton Rock

Après le travail, je me précipite prendre l’autobus qui m’amène aux FrancoFolies.

Ce soir, LE spectacle à voir est celui du trio hip-hop Loco Locass à la Place des festivals. À mon arrivée, la place est noire de monde. Il y a des gens tassés jusqu’à la rue Sainte-Catherine. Sur la pelouse, à gauche. À droite, derrière les deux restaurants qui longent la place (et d’où on ne voit à peu près rien). Sur la scène Ford, on a installé un écran géant sur lequel le spectacle est rediffusé devant une foule qui occupe la rue jusqu’à l’entrée de la Place des Arts, et sur les escaliers en gradin qui mènent à l’esplanade. Bref, du jamais vu aux FrancoFolies.

Ce soir, c’est donc le triomphe des mots et — si vous me permettez cette parodie amicale — des phrases-chocs, des syllabes qui s’entrechoquent, des pourris connus qui choquent, etc.

Pour apprécier pleinement la poésie tricotée serrée des Loco Locass, il faut avoir leurs paroles souvent géniales sous les yeux. Je me suis donc procuré leur plus récent CD, Le Québec est mort, vive le Québec !, de même que le précédent, Amour oral, paru il y a déjà huit ans.

À 22h20, alors que le spectacle de Loco Locass se poursuivait, je me suis rendu sur l’Esplanade de la Place des Arts, où le chanteur montréalais Jef Barbara se produisait.

À 23h, le groupe punk-rock Crash Ton Rock de Jonquière animait la scène Ford, reconvertie à sa fonction première. Je suis resté une dizaine de minutes, pour ensuite rentrer chez moi publier les trois photos ci-dessus et me glisser ensuite dans mon lit douillet. Ah ! Que ça fait du bien…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm R
1re photo : 1/160 sec. — F/4,8 — ISO 250 — 82 mm
2e photo  : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 1250 — 150 mm
3e photo  : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 320 — 40 mm

FrancoFolies de Montréal – Aperçu du Jour 9
Votre évaluation :

2 commentaires à FrancoFolies de Montréal – Aperçu du Jour 9

  1. sandy39 dit :

    LE LIT DOUILLET : N’est-ce-pas le résultat d’avoir voulu se jeter par terre, suite aux effets du groupe Eiffel ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :