Vienne — Wieden

 

 
Wieden est un arrondissement rectangulaire dont la superficie n’est que de 1,8 km². Il est situé exactement au sud de la Vieille ville et à l’ouest de Landstrasse (deux arrondissements viennois nous avons visités précédemment).

La proximité du Belvédère (et, par ricochet, du Jardin botanique) compense pour le peu d’espaces verts de Wieden, soit 6,6% de la superficie de l’arrondissement (comparativement à la moyenne de 46,3% pour l’ensemble de la ville).

Les logements occupent 52,5% du territoire : une autre tranche de 15,2% est représentée par des bâtisses autres que résidentielles. La voie publique occupe le reste, soit 26% (alors que la moyenne dans l’ensemble de la ville n’est que 13,4%). C’est donc un quartier relativement densément peuplé.

La vidéo comporte trois parties.

Première partie


 
En gros, cette partie montre le pourtour de Wieden, que nous visitons dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

D’abord, nous empruntons la rue commerciale Favoriten, qui limite l’arrondissement à l’ouest (de 0:07 à 0:52). Puis c’est le tour de quelques bâtisses situées dans le sud du quartier (de 0:53 à 1:25). De 1:26 à 2:18, ce sont principalement des ambassades le long de la rue du Prince-Eugène : cette rue sépare, à l’est, Wieden du Belvédère. Et finalement, on voit de 2:19 à 2:32 quelques immeubles au nord-est de l’arrondissement (près du Ring).

Au passage, signalons :
• de 0:28 à 0:37, l’église paroissiale Saint-François-de-Paule (construite de 1627 à 1651, restaurée en 1686),
• de 0:44 à 0:53, le Theresianum. Construit de 1687 à 1690, cet édifice austère était originellement le palais d’été des Habsbourg. On l’appelait alors « Nouveau palais de la favorite ». Légué aux Jésuites quand la famille impériale l’abandonna au profit de Schönbrunn, le Theresianum devint alors une maison d’enseignement. C’est aujourd’hui le lycée Theresianum, qui jouit d’une excellente réputation,
• de 1:04 à 1:19, l’église néo-gothique Sainte-Élizabeth, construite en 1868,
• à 2:16, l’ambassade de France (ci-dessus). Construit de 1904 à 1912, cet édifice Art nouveau est l’œuvre de Georges Chédanne, l’architecte des Galeries Lafayette à Paris, et
• à 2:24, le monument érigé en l’honneur de Charles Philippe de Schwarzenberg, commandant victorieux des troupes alliées contre Napoléon lors de la bataille de Leipzig, en 1813.

Deuxième partie


 
À l’issue de la première guerre mondiale, Vienne est confrontée à une grave pénurie de logements : 73% de la population vit alors dans de petits pavillons surpeuplés, plus ou moins salubres.

En 1919, l’administration municipale décide d’un vaste programme de logement social prévoyant le contrôle du prix des loyers, l’érection d’immenses blocs d’habitation pouvant loger jusqu’à 5 000 personnes et la construction de cités ouvrières avec jardins et ce, dans les quartiers qui entourent la Vieille ville.

Environ 60 000 nouveaux logements, jardins d’enfants, bibliothèques et cliniques médicales sont donc érigés entre 1922 et 1934. Les meilleurs architectes de la ville y travaillent. La superficie d’un logement moyen est de 33 à 45 m². Partout en Europe, on parle alors de « Vienne la Rouge », une allusion aux sympathies socialistes, sinon communistes, des dirigeants de la ville.

Le tout s’achève avec la montée du nazisme en Autriche au milieu des années 1930 et l’annexion du pays à l’Allemagne en 1938.

Quelques autres habitations à loyers modiques ont été construites depuis. On les distingue extérieurement par le refus de l’ornementation, les façades sobres, les logements fonctionnellement identiques, et la monumentalité de l’ensemble.

Cette partie de la vidéo s’achève par quelques photos d’un restaurant bohémien (de 3:08 à 3:24) et de l’hôtel dans lequel j’ai habité à Vienne (à 3:26).

Troisième partie


 
La Place Charles-VI (ou Karlsplatz) est située au nord-ouest de l’arrondissement. Entre autres, on y trouve un monument en l’honneur du compositeur Johannes Brahms (à 3:29), la sculpture « Hill Arches » (1978) d’Henry Moore (à 4:00), et la cathédrale Saint-Charles-Borromée (de 3:34 à 4:48).

Cette dernière a été créée par l’architecte Johann-Bernhard Fischer von Erlach (et complétée par son fils). Construite de 1716 à 1737, c’est (extérieurement) la plus spectaculaire église baroque de Vienne et probablement une des plus belles au monde.

Décoré de fresques de Johann-Michael Rottmayr, l’intérieur somptueux est malheureusement gâché pas des échafaudages métalliques destinés à permettre aux visiteurs d’accéder à une lucarne qui offre un panorama médiocre de la ville.

La façade est un mariage harmonieux de différents styles : un portail grec, une coupole d’influence romaine, deux colonnes qui les encadrent et qui évoquent à la fois des minarets et surtout la colonne Trajane, tandis que le toit rococo des pavillons latéraux rappelle ceux des pagodes chinoises.

Puis nous voyons successivement :
• de 5:50 à 5:56, les façades d’édifices qui font maintenant partie de l’École polytechnique de Vienne (Technische Universität Wien),
• à 5:58, une école évangélique,
• de 6:02 à 6:20, deux anciens pavillons du métro dessinés par Otto Wagner en 1898-1899 : aujourd’hui, l’un fait office de musée consacré à cet architecte tandis que l’autre est un restaurant,
• de 6:22 à 6:26, un aperçu du Musée des arts décoratifs, présentant une exposition d’Hans Makart (1840 – 1884). Immensément populaire en son temps, ce peintre autrichien a créé des œuvres archi-kitsch qui se caractérisent par la surcharge décorative, un sens de la couleur remarquable, une pâte épaisse et un rendu brouillon,
• de 6:28 à 7:49, une visite du Musée municipal (Wien Museum) qui présente l’histoire de la ville, de l’époque romaine à aujourd’hui. Signalons que de 7:36 à 7:42, il s’agit de trois toiles — Idylle (1884), Histoire (1883) et Athéna Pallas (1898) — de Gustav Klimt, et qu’à 7:50, il s’agit de la toile « La Dame en robe jaune » (1899) de Max Kurzweil,
• à 7:51, c’est la façade du Musikverein (ou Maison des amis de la Musique), édifié de 1867 à 1869, où se produit l’Orchestre philharmonique de Vienne.

La vidéo se termine par des photos prises à l’occasion d’un concert à la Cathédrale Saint-Charles-Borromée et une promenade nocturne dans les environs.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Vienne

Vienne — Wieden
Votre évaluation :

6 commentaires à Vienne — Wieden

  1. sandy39 dit :

    Enfin, vous voilà !

    Du haut du Belvédère, seule, je commençais à m’ennuyer. Vous ne m’aviez même pas laissé un carré de chocolat à grignoter !

    Alors, cette fois, vous allez attendre longtemps pour que je vous suive dans cette nouvelle promenade…

    En attendant la suite… Bonne journée !

  2. Pierre Pinsonnault dit :

    Le visionnement de Vienne05 – Wieden nous amène à cesser de se prendre, si c’était le cas, pour le nombril du monde. Que de richesses, que de beautés, que d’intelligences. De plus on en apprend des choses ! Merci M. Martel, vous nous gâtez en grand.

  3. Lorsqu’on prépare un diaporama, on ne sait jamais si les photos qu’on s’apprête à montrer seront jugées intéressantes ou non. Dans ce cas-ci, mes doutes ont été sufisants pour qu’une première version soit abandonnée au profit de celle-ci, ce qui a pris plus de temps que prévu.

    Je vous remercie donc tous deux pour vos commentaires rassurants.

    La vidéo suivante (sur l’arrondissement de Mariahilf) devrait être prête dans quelques jours… 😉

  4. sandy39 dit :

    INTRODUCTION :

    J’espère que vous n’allez pas me faire le coup de la panne avec le TRAM ! Mais, nous pouvons dire que parfois si vos phrases sont pleines d’impressions mais aussi pleines de suggestions, vous vous sentez obligé de rectifier le Tir !

    Ne nous laissons pas emporter par le débit des mots… Parce que le Belvédère ne nous a pas offert le Panorama tant attendu sur la Ville. Nous nous sommes, une fois de plus, laissés emporter par le courant des phrases qui coulent à flot sur votre Blogue.

    Y aura t-il du vent dans cette vidéo ? “Le vent nous portera “, comme dirait notre Ami Bertrand Cantat, vers de nouveaux paysages que vos photos savent si bien immortaliser…

    Cette fois, parlons sérieusement ! Que va nous souffler ce vent ?

    L’ARRONDISSEMENT DE WIEDEN :

    Dès les premières images, c’est un quartier plus simple, moins riche où il y a moins de Tape à l’Oeil. C’est plus pour Monsieur Tout le Monde. J’irais jusqu’à dire qu’on sy sentirait plus à l’aise. Mais il est vrai qu’il y a toujours de beaux géraniums.

    A 3:12: Au restaurant, vous allez me dire que j’ai une drôle d’impression : le bol : on dirait de la farine de lin avec laquelle on préparait les cataplasmes quand on était gamin, pour la toux, pour libérer les bronches. C’était bon ?

    J’espère que ce n’était pas un repas du soir… Encore un bol, c’est le dessert ? Si ce sont vos deux repas avalés dans la même journée, attention à votre ligne !

    A 4:06: Eglise un peu plus chargée que les deux précédentes, plus or, plus brillant.

    A 4:29: Les grilles, sous les bancs, c’est le chauffage ?

    A 4:33: Elle est belle la Tititte, toute en blanc, toute ronde mais elle doit avoir mal aux dents. Et en plus, elle n’a de yeux que pour Vous !

    A 6:10 : Goulash, pomme de terre : ce menu revient-il souvent ?

    A 6:32: Musée de Vienne : Beaux tableaux sur des scènes de la Vie Quotidienne.

    A 6:37 : Quelle horreur, les Mecs ! Entre trop minces et trop musclés, il doit bien y avoir le choix !

    A 8:00: C’est une soupe minestrone.

    A 8:11 : C’est un billet pour un concert de musique. Vu la date, Vienne tire à sa fin.

    CONCLUSION :

    J’espère avoir contribué à la réalisation d’immortels souvenirs de voyage…

    Puisque vous tenez tant à faire des choses EXTRAORDINAIRES avec moi, j’ai essayé à rendre les choses ou vos souvenirs de voyage en souvenirs, peut-être EXTRAORDINAIRES mais si sûrement inoubliables.

    Et de TOUT ce qui est inoubliable dans nos vies devient forcément IMMORTEL et EXTRAORDINAIRE.

    Alors continuons à faire en sorte que L’EXTRAORDINAIRE emporte L’ORDINAIRE ! (C’est justement pour ça que je mets du Temps car je suis plutôt d’un tempérament Fourmi !)

    Une dernière question : A quand la prochaine étape…. Celle d’immortaliser l’Extraordinaire ?

    Et surtout, n’oubliez pas de me donner de vos nouvelles et de me mettre une… NOTE !

    • « À 3:12: Au restaurant, vous allez me dire que j’ai une drôle d’impression : le bol : on dirait de la farine de lin avec laquelle on préparait les cataplasmes quand on était gamin, pour la toux, pour libérer les bronches. C’était bon ? »

      Le cataplasme, non : la soupe, oui. 😉

      Était-ce une soupe aux lentilles ? Je ne me rappelle plus très bien. Mais je sais que c’était délicieux.

      « J’espère que ce n’était pas un repas du soir… Encore un bol, c’est le dessert ? Si ce sont vos deux repas avalés dans la même journée, attention à votre ligne ! »

      (rires) Soyez sans crainte : je fais attention à ma ligne. 🙂

      Il s’agit de deux repas du soir différents, pris dans le même restaurant bohémien.

      « À 4:29: Les grilles, sous les bancs, c’est le chauffage ? »

      Excellente observation.

      « À 6:10 : Goulash, pomme de terre : ce menu revient-il souvent ? »

      Ce café n’offre pas de menu du jour. C’est donc un menu fixe offrant, entre autres, ces patates frites, taillées en tire-bouchon.

      « À 8:00: C’est une soupe minestrone. »

      En réalité, c’est une spécialité autrichienne : il s’agit de rubans de crêpes, ajoutés au dernier moment à un consommé bouillant.

      « À 8:11 : C’est un billet pour un concert de musique. Vu la date, Vienne tire à sa fin. »

      Ce concert avait lieu la veille de mon retour à Montréal. Quoi de plus approprié pour faire ses adieux à cette ville formidable, que d’assister au Requiem de Mozart (un des compositeurs emblématiques de la ville).

      « Une dernière question : À quand la prochaine étape… »

      De la mi-septembre à la mi-octobre. Les dates exactes dépendront des billets de mes abonnements de théâtre à Montréal.

      Quant à la destination, je n’ai pas encore décidé. Il y a deux mois, je me proposais d’aller à Saint-Pétersbourg. Pour différentes raisons — dont l’obligation récente de ne voyager qu’avec un seul bagage en Europe, à moins de payer un supplément — fait en sorte que je songe plutôt à aller à La Havane.

      Je choisirai définitivement ma destination lorsque mes diaporamas au sujet de Vienne seront terminées, dans un mois ou deux. C’est à suivre…

  5. sandy39 dit :

    RIRES : C’est une chose de plus à laquelle je ne me serais pas cru capable.

    Comment ça ? Vous faîtes attention à votre ligne. Oui, mais après 40 ans, un homme est mûr et puis quelle importance de prendre un petit peu de ventre ?…

    Surtout, ne faîtes pas comme mon Mari. Il est interdit de se moquer des Autres ! Mon homme à Moi, qui ne fait pourtant pas attention à sa ligne, n’arrive pas à prendre un gramme alors il ne peut que dire sur les Autres… Et Moi, je ne peux que lui répondre : Ils ont un peu plus que Toi à c…

    Alors, il vaut mieux avoir un peu plus que pas assez ; disons avoir quelqu’un d’un peu enrobé plutôt que d’un tas d’os même si on ne traîne pas tous les jours dans les cimetières !

    Par la prochaine Etape, j’entendais : celle d’immortaliser l’Extraordinaire. Nous y parviendrons peut-être au cours de votre prochaine destination… (Je ne vous en demandais pas tant !)

    J’ai juste envie de rajouter une chose et de dire à Tous ceux qui nous lisent : on a plein de choses en France ainsi qu’un Patrimoine phénoménal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :