Le prince charmant

Les membres du Comité de sélection en étaient certains : le communicateur exceptionnel capable de trouver les mots qui suscitent l’adhésion, le leader confiant qui s’impose tout naturellement à ses collaborateurs, le chef compétent auréolé de ses succès antérieurs, le visionnaire qui suscite l’admiration, c’était lui.

Et comme les chefs d’entreprise ont un flair infaillible pour déceler les êtres hors du commun, c’est sans hésitation que les membres du Conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de la Haute-Vienne — il ne s’agit pas ici de la capitale autrichienne mais plutôt d’un département du Limousin — ont nommé Philippe Gaillard, 52 ans, au poste de Directeur de l’aéroport international de Limoges.

Entré en fonction le 1er novembre dernier, ce dernier vient d’être congédié après avoir accompli en quelques mois, « un boulot formidable. Il a même été d’une compétence qui laisse pantois » selon une source connaissant particulièrement bien le fonctionnement de l’aéroport.

Qu’est-ce qui a poussé la Chambre de commerce — à qui est confiée la gestion de l’aéroport — à démettre de ses fonctions une personne aussi exceptionnelle ? Tout simplement parce que M. Gaillard est un imposteur, un incompétent et un bandit.

En effet, les tribunaux de Pontoise, d’Agen, de Périgueux et de Bordeaux avaient déjà jugé et condamné Jean-Philippe-Olivier Gaillard à des peines de prison ferme. Sa première condamnation remonte à 1994. Depuis, il a passé au total deux ans en prison. Ces délits comprennent les dégradations de biens par incendie, faux et usage de faux, escroquerie, abus de confiance, et vols.

Mythomane, M. Gaillard avait présenté un casier judiciaire vierge lors de son recrutement. Titulaire, disait-il, d’un diplôme d’ingénierie de la navigation aérienne, il avait ébloui les membres du Comité de sélection par son aisance, son humour et son charme. Évidemment, au sein de ce comité, seules des personnes soupçonneuses et mesquines auraient eu à l’esprit de vérifier les dires d’un candidat d’une telle qualité.

M. Gaillard a été démasqué grâce à une femme qui, après avoir vu sa photo sur le site internet de l’aéroport, a dénoncé l’usurpateur.

Références :
Aéroport : le directeur qui s’était inventé un CV, est débarqué
LIMOGES – Le patron de l’aéroport était un imposteur

Le prince charmant
Votre évaluation :

2 commentaires à Le prince charmant

  1. MalouinFred dit :

    Pire que tout cela, la presse a reconnue fin juin s’être trompée, le casier judiciaire vierge était vrai!!!!

    Cet homme qui doit bientôt être jugé (sur base de ce faux casier qui est vrai !!!) aurait donc été lynché sur des informations bidons dans un sombre contexte mêlant vengeance familiale et intérêts financiers divers. Et oui la dite dénonciatrice anonyme était liée avec la Chambre de commerce qui gère l’aéroport concurrent.

    Bref, une sale affaire. Et pire que tout, le dénommé Gaillard était vraiment militaire, mais d’après ce qu’on lit sur les blogs spécialisés, pas un militaire ordinaire. Donc — comme l’écrit Merchet, qui fait référence dans ce milieu — il semblerait que l’on ait mis sur la place publique avec des infos bidons, le nom d’un opérationnel des services français. Ça pue aussi le règlement de compte cette histoire, en tout cas ce pauvre type paye une lourde diffamation en lieu et place des honneurs auxquels il semblerait avoir droit.

    • Je ne vois rien sur l’Internet qui justifie votre déclaration à l’effet que la presse aurait reconnue s’être trompée.

      À défaut de fournir des hyperliens qui documentent votre théorie du complot, je crains fort que vous ayez été vous-même une victime involontaire des mirages de ce prince charmant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :