Un document pas cachère du tout

En me rendant au travail hier, j’ai trouvé dans le métro un imprimé anonyme qui proteste contre les produits cachère en invoquant l’argument que ceux qui n’ont pas besoin que leur alimentation le soit, paient pour cette certification, inutile dans leur cas.

Les consommateurs québécois attachent de l’importance au prix, à la qualité, à l’apparence et à la valeur nutritive d’un aliment mais rarement à sa certification cachère (ou halal) à moins d’être de religion juive (ou musulmane).

Par exemple, s’il m’arrive d’acheter de la viande fumée cachère de marque connue, ce n’est jamais parce que cet aliment porte cette certification, mais parce le produit m’apparait plus authentique que la viande fumée vendue sous la marque maison d’une chaine d’épicerie. Tout comme beaucoup de Québécois n’achèteront jamais de la poutine de tofu.

Pour un petit producteur, obtenir la certification cachère ou halal représente un coût additionnel qui se répercute sur le prix de ses produits. Pour un grand producteur, ce n’est pas nécessairement le cas puis que cette certification lui ouvre de nouveaux marchés qui occasionnent des économies d’échelle.

Donc, il est excessif de protester contre les aliments cachère ou halal : ces produits comblent un besoin chez une partie de la population québécoise et ne privent personne de ses droits.

Références :
Cacherout
Manger cacher… c’est quoi ?

Un document pas cachère du tout
Votre évaluation :

2 commentaires à Un document pas cachère du tout

  1. sandy39 dit :

    CACHERE : c’est quoi ? Un label ?

    C’est ça que vous voulez dire : si on achète un produit avec ce label, ce produit est obligatoirement plus cher.

    HALAL : veut dire d’après le dictionnaire : tué selon des rites et c’est de la viande consommée par les Musulmans. Sont-ils nombreux chez vous ? Et cette partie de population recherche, avant tout ces certificats, si je comprends bien.

    Je suis comme vous. Les certificats ne me guident plus, non plus, pour l’achat de certains produits. Nous sommes encore dans une région de petits producteurs ou éleveurs. Notre boucher est copain avec nous et on lui fait confiance. Il n’affiche pas les prix si élevés que dans certaines villes. VILLE : c’est relatif. Dans notre département, les villes ne sont pas grosses et l’âge de la population s’élève de plus en plus. Ne croyez pas que nous sommes dans une région désertique !

    D’ailleurs, pour Noël ou pour les Fêtes, j’ai commandé surtout de la volaille. Qui vient d’où ?

    Il y a LA BRESSE (allez, je vous fait un cours), pas loin de chez nous. On appelle ces poulets, les ventres jaunes. Il y a aussi les chapons qui sont des poulets castrés…

    LES LANDES : le Sud-Ouest : Vous avez tout ce que vous voulez. Ils sont tous en plein air ! QUI ? Les poulets !
    Ce sont des poulets fermiers, des jaunes qui sont super bons (enfin, je pense y être pour quelque chose). Il faut dire aussi qu’ils ont le climat pour.
    Les petites cailles des Landes sont super bonnes aussi.

    Il est vrai que le SUD-OUEST, c’est le pays de la bouffe. Si on se met à penser aux canards et au foie gras du Périgord…, les poulardes des Landes…

    Bien sûr qu’on trouve tout ce que l’on veut, sous-vide, dans les supermarchés. Mais nous ne sommes plus intéressés. Nous sommes toutefois obligés d’y aller. Mais, il faut dire qu’on aime les faire travailler, nos petites boutiques du terroir : boucherie, boulangerie, fromagerie… (je suis en train de vous raconter ma vie, sans avoir fait de brouillon).

    Vous parlez de viande fumée. Notre région fume aussi avec le Haut-Doubs : saucisses, jambons… Dans les saucisses, ils mettent du choux ou du fromage… Enfin, il en existe tant !

    Imaginez la scène, nous rentrons chez le Boucher avec je ne sais combien de jambons fumés crochés au-dessus de nos têtes. C’est comme ça que ça se passe chez Nous.

    Et je crois qu’on pourrait en faire un livre sur chacune de nos régions et ses plats typiques.

    J’espère vous avoir mis l’eau à la bouche, pour les Fêtes, toujours en vous ayant appris plein de choses !

    • Un aliment est qualifié de cachère (ou kasher) lorsqu’il est conforme au code alimentaire de la religion hébraïque.

      Est-ce que la certification cachère (qui est facultative) représente un coût additionnel pour l’entreprise ? Oui. Est-ce que cela signifie que ces aliments cachères sont plus dispendieux ? Cela est possible mais pas nécessairement, pour les raisons expliquées dans mon billet. Si cela rend un aliment plus dispendieux, n’est-ce pas injuste pour ceux qui ne sont pas juifs (ou musulmans dans le cas des aliments halals) ? Non puis que nous sommes toujours libres d’acheter un aliment qui ne l’est pas.

      Les Musulmans représentent environ 3% de la population québécoise.

      La religion hébraïque exige que ses fidèles mangent cachère. Mais tout comme chez les Chrétiens, le degré d’adhésion aux exigences de cette religion est souvent sujet à des compromis.

      Merci pour cette visite gastronomique de votre région. J’ai trouvé cela très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :