Les femmes au pouvoir

30 décembre 2011

« La Dame de fer » (un film que je n’ai pas vu, au sujet de Margaret Thatcher) nous rappelle que des femmes accèdent aux plus hautes fonctions de l’État.

Le Rwanda, pays dirigé par un homme, est le seul dont la majorité des parlementaires sont des femmes. À l’opposé, l’Arabie saoudite — un royaume obscurantiste où aucune femme n’occupe de poste politique important — a généreusement consenti à ce que, dans trois ans, ses citoyennes puissent voter au niveau municipal (si leur époux respectif y consent, évidemment).

En excluant toutes les fonctions honorifiques sans grand pouvoir réel (comme gouverneure-générale), des femmes sont chefs d’États dans quatorze pays, peuplés au total de 449 millions d’habitants.

Dans la liste ci-dessous, à la suite du nom du pays, le nombre entre parenthèses représente sa population, en millions d’habitants.

• Allemagne (81,5) : Angela Merkel, chancelière fédérale (depuis le 22-11-2005)
• Argentine (41,8) : Cristina Elisabet Fernández de Kirchner, présidente (depuis le 10-12-2007)
• Australie (21,8) : Julia-Eileen Gillard, première ministre (depuis le 24-06-2010)
• Brésil (203,4) : Dilma Vana Rousseff, présidente (depuis le 01-01-2011)
• Costa Rica (4,6) : Laura Chinchilla Miranda, présidente (depuis le 08-05-2010)
• Danemark (5,5) : Helle Thorning-Schmidt, ministre d’État (depuis le 03-10-2011)
• Islande (0,3) : Johanna Siguroardottir, première ministre (depuis le 01-02-2009)
• Kosovo (1,8) : Atifete Jahjaga, présidente (depuis le 07-04-2011)
• Libéria (3,8) : Ellen Johnson-Sileaf, présidente (depuis le 16-01-2006)
• Lituanie (3,5) : Dalia Grybauskaité, présidente (depuis le 12-07-2009)
• Slovaquie (5,5) : Iveta Radičová, présidente du gouvernement (depuis le 08-07-2010)
• Suisse (7,6) : Micheline Calmy-Rey, présidente (depuis le 13-12-2006)
• Thaïlande (66,7) : Yingluck Shinawatra, première ministre (depuis le 08-08-2011)
• Trinité-et-Tobago (1,2) : Kamla Persad-Bissessar, première ministre (depuis le 26-05-2010)

Références :
Liste des dirigeants actuels des États
World Leaders

Les femmes au pouvoir
Votre évaluation :

2 commentaires

| Fait divers | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Pot-pourri frivole pour le temps des fêtes

25 décembre 2011


 
• Les optimistes croient que les choses ne peuvent pas aller mieux : les pessimistes craignent que cela ne soit vrai.

• On ignore généralement que sur un avion, les turbines servent aussi à rafraichir les pilotes : la preuve, c’est que lorsqu’elles s’arrêtent en vol, les pilotes ont chaud.

• Noé était un amateur quand il construisit son arche. Mais ce sont des professionnels qui ont construit le Titanic.

• Tous les économistes sont d’accord : la parole est gratuite parce que l’offre excède de beaucoup la demande.

• La sagesse vient toujours avec l’âge. Mais à l’inverse, l’âge vient parfois seul.

• Aux États-Unis, on ne sait pas pourquoi il faut utiliser des aiguilles stériles pour injecter des doses mortelles aux condamnés.

• En prévision d’une catastrophe aérienne, au lieu d’enseigner à leurs passagers comment gonfler des vestes gonflables, les transporteurs seraient mieux avisées de leur remettre des parachutes.

• Les armées les mieux équipées, celles qui disposent des budgets les plus importants, sont impuissantes face à une rumeur.

• Tout comme les couches de bébé, les politiciens doivent être changés régulièrement, pour les mêmes raisons.

• Comme il est frustrant pour celui qui croit connaître toutes les réponses de constater que personne ne leur pose de question.

• Je ne suis absolument pas superstitieux parce je sais qu’être superstitieux, ça porte malheur.

Détails techniques de la photo : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/40 sec. — F/1,7 — ISO 800 — 20 mm

Pot-pourri frivole pour le temps des fêtes
Votre évaluation :

Un commentaire

| Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Qui n’a pas d’imperfection cutanée ?

24 décembre 2011

L’agence Toxedo est une firme de publicité établie sur l’avenue du Parc, à Montréal. Son directeur général, Dominic Tremblay, a eu l’idée de contacter un modèle également d’origine québécoise afin de promouvoir un produit cosmétique masquant fabriqué par les Laboratoires Vichy sous le nom de Dermablend.

C’est sur Facebook que le dirigeant de Toxedo a découvert Rick Genest. Celui-ci est un mannequin de 26 ans — né à Châteauguay, à 15 km de Montréal — qui fait carrière sous le nom de Zombie Boy.

Ce dernier a deux particularités. À 15 ans, on lui a enlevé une tumeur au cerveau. De plus, pendant six ans, il a dépensé 17 000$ pour se faire tatouer 90% du corps. C’est l’artiste montréalais Frank Lewis qui a transformé Rick Genest en écorché vivant (ce qui explique son surnom).

L’idée de la firme de publicité, c’est que si un produit était capable de redonner — en apparence seulement — une peau de bébé à Zombie Boy, ce cosmétique devrait être capable de masquer les petites imperfections d’un peu tout le monde.

Voyez le résultat :

Qui n’a pas d’imperfection cutanée ?
Votre évaluation :

Un commentaire

| Fait divers | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le français au Québec : l’exemple chinois

23 décembre 2011

 

Fabrique d’objets en jade à Xi’an

Lors de mon premier séjour en Chine, je faisais partie d’un groupe d’une trentaine de Québécois francophones. Parmi les nombreuses visites organisées par notre agence de voyage, nous avons eu l’occasion d’aller dans une fabrique d’objets précieux en jade.

Ce qui m’avait surpris, c’est qu’au moment de cette visite, tous les employés de cette entreprise parlaient français. Certains le parlaient un peu, d’autre bien d’avantage, mais tous pouvaient se débrouiller dans notre langue.

En fait, les coûts de la main-d’œuvre chinoise étant très bas, cette entreprise possédait plusieurs équipes de vente. Lorsqu’un groupe de touristes allemands débarquaient à l’usine, on mettait à leur disposition une équipe de vendeuses parlant leur langue. Dès leur départ, si l’autobus suivant amenait des touristes italiens, l’équipe de vendeuses germanophones était remplacée par une équipe de vendeuses parlant l’italien. Et ainsi de suite.

Toutefois, tous ces employées étaient chinoises. À l’interne, les directives, les réunions, les rapports, bref toutes les communications entre employés se faisaient en mandarin (c’est-à-dire en chinois). Mais dès qu’on devait traiter avec un client, on faisait tout pour que ce soit dans sa langue à lui.

Ici, ce devrait être pareil.

Au Québec, un employé unilingue anglais — tout comme un employé unilingue français — est une personne handicapée. Il y a tellement d’Anglophones bilingues et de Francophones bilingues au Québec qu’il est injustifiable qu’une entreprise comme la Banque nationale ou Bombardier — dont j’ai parlé dans mon billet d’avant-hier — embauche des dirigeants unilingues anglais.

Parce que le résultat d’une telle embauche, c’est que les Francophones subalternes sont alors obligés de parler en anglais pour accommoder cet officier qui ne parle pas notre langue. C’est le cas de la comptabilité et des services informatiques de la Banque nationale et de milliers de personnes au siège social de Bombardier.

Jusqu’ici, le gouvernement Charest ne s’est pas illustré par la défense du français au Québec. Ses nominations politiques à l’Office de la langue française ont eu pour effet que cet organisme a distribué les dispenses à la loi 101 comme si c’était des bonbons. Il est grand temps que cela change.

Il est anormal qu’on ne puisse pas travailler en français au Québec. Que la charge de travail d’un employé francophone prévoit qu’il doivent parler anglais à la clientèle anglophone, c’est normal. Mais qu’il lui soit interdit de communiquer en français avec un autre employé francophone et, de manière générale, qu’il doive s’exprimer en anglais à l’interne, cela est totalement inacceptable.

Le français au Québec : l’exemple chinois
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Vienne — Le Nouveau palais impérial

22 décembre 2011

 

 
Le Palais impérial est un ensemble hétéroclite d’édifices juxtaposés sans ordre apparent. La plus récente et la plus imposante de ses annexes est le Nouveau palais impérial (1881-1913).

Il s’agit d’un édifice néo-renaissance dont la partie centrale forme un arc de cercle. Entre les fenêtres du rez-de-chaussée sont adossées des statues qui représentent les peuples qui ont habité le pays. Une colonnade orne la galerie du premier étage.

C’est du haut du balcon du premier étage qu’Hitler proclama en 1938 l’annexion de l’Autriche au Troisième Reich.

La statue équestre (1865) devant l’édifice est celle du prince Eugène de Savoie (1663-1736) qui libéra l’Europe Centrale après un siècle et demi d’occupation ottomane.

L’entrée principale donne accès à la salle de lecture de la Bibliothèque nationale et à trois musées : le Musée d’Éphèse, le Musée des armes et armures et le Musée des instruments de musique. Une entrée située à la droite de la façade en arc de cercle donne accès au Musée ethnographique.

De plus, un Musée des papyrus se trouve également dans la partie de l’édifice occupée par la Bibliothèque nationale. Il présente la plus importante collection de papyrus au Monde.

Le Musée d’Éphèse


 
Le Musée d’Éphèse contient des objets trouvés par des archéologues autrichiens dans la ville turque d’Éphèse et sur l’île grecque de Samothrace.

À 0:10 dans la vidéo, on peut voir une maquette du site archéologique d’Éphèse. Ce port était réputé dans l’Antiquité pour le temple de la déesse Artémis, qui comptait parmi les sept merveilles du Monde. À cause de l’ensablement, ce site est maintenant à 7 km de la mer Égée.

À 0:12 dans la vidéo, il s’agit de l’athlète d’Éphèse (une copie romaine en bronze d’après un original grec datant de 340 à 330 av. J.C.).

L’athlète de 1,92 m est représenté en train de nettoyer un racloir (aujourd’hui disparu) dont on se servait pour débarrasser le corps huilé du sable de la piste. Il le tient de la main droite et nettoie le racloir avec le pouce et l’index de la main gauche.

Parmi les vestiges présentés au musée, on voit de 0:14 à 0:32 des fragments de la frise des Parthes. Sculptée en l’an 165 et longue de 40 m, celle-ci illustre le combat héroïque livré par Lucius Verus (coempereur de Rome) et ses soldats (aidés de quelques divinités) contre les Parthes, des envahisseurs venus de Perse.

Le Musée des armes et des armures


 
C’est le duc Ernest d’Autriche intérieure (1377-1424) qui débuta cette collection, une des plus importante au Monde.

Les armes les plus anciennes datent des invasions barbares du Ve siècle. Les pièces les plus remarquables datent de la Renaissance, en particulier les armures d’apparat de l’empereur Charles-Quint (1500-1558), du roi Philippe II d’Espagne (1527-1598) et du roi François 1er (1494-1547). On y voit également les armes que les Ottomans abandonnèrent en 1683 à la fin du siège de Vienne.

De 1:55 à 2:00, il s’agit de la cuirasse et l’armure ayant appartenus à l’empereur Ferdinand 1er (1503-1564).

Le musée des instruments de musique


 
Le fonds de ce musée a été constitué à partir des collections de l’archiduc Ferdinand de Tyrol (1529-1595) et de l’archiduc Ferdinand d’Autriche-Este (1754-1806).

En dépit du fait que ce musée renferme des instruments utilisés par de nombreux compositeurs célèbres, il doit sa réputation aux instruments datant de la Renaissance et qui comprennent des pièces uniques au Monde.

Ce musée offre un panorama exceptionnel de la facture d’instruments de musique occidentale s’étendant sur cinq siècles.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Vienne

Vienne — Le Nouveau palais impérial
Votre évaluation :

5 commentaires

| Photos d'Autriche, Photos de Vienne, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’anglais vient d’en haut

21 décembre 2011

Des patrons de la Caisse de dépôt incapables de comprendre leurs employés francophones

Ivanhoé Cambridge est la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec. C’est l’un des dix plus grands propriétaires immobiliers du monde, avec un actif de plus de 30 milliards de dollars comprenant la Place Ville-Marie, le Centre Eaton de Montréal, et la Place Laurier de Québec. Environ 1600 employés y travaillent dont la moitié au Québec.

Ce printemps, ses dirigeants ont choisi David Smith, un unilingue anglophone, pour occuper le poste de Vice-président principal ressources humaines et services corporatifs. Quelques mois plus tard, plus précisément en juillet 2011, c’était le tour d’un autre unilingue anglophone, Kim McInnes, d’être choisi à un poste encore plus important, soit celui de Président de l’exploitation d’Ivanhoé Cambridge.

Depuis ce temps, les réunions du comité d’investissement d’Ivanhoé Cambridge se déroulent en anglais et tous les employés francophones qui ont à s’adresser à l’un ou l’autre de ces dirigeants, ici même à Montréal, doivent le faire dans la langue de Shakespeare.

La Banque nationale hostile aux francophones

Un unilingue anglophone, John B. Cieslak, a été embauché en 2007 comme Premier vice-président des technologies de l’information de la Banque nationale. Or les services informatiques de cette banque occupent deux étages complets au siège social de Montréal et des centaines d’employés.

Dès son arrivée, M. Cieslak aurait demandé à ses subalternes francophones faire leurs présentations techniques en anglais au Conseil d’administration de la banque, de façon à ce qu’il puisse les comprendre. Cette politique de l’anglais au travail s’est étendue aux entrevues de sélection des candidats pour des postes à pourvoir, qui se déroulent entièrement en anglais. Les évaluations aussi seraient faites en anglais.

Pire encore, l’échange de courriels en français entre employés francophones est maintenant sujet à des réprimandes officielles. Conséquemment, plusieurs employés ont dû quitter cette banque pour trouver un emploi en français.

C’est aussi le cas de la vérification interne des marchés financiers et de la trésorerie. Un comptable qui a quitté cette banque dernièrement a confié que tout ce qu’il faisait était en anglais, ici même à Montréal. Tous les rapports de son service étaient en anglais et une grande partie des gens qu’il côtoyait ne parlaient pas français.

Les porte-parole de la banque font valoir qu’en tant qu’institution de juridiction fédérale, la Banque nationale n’est pas soumise aux dispositions de la loi 101 mais qu’elle a la bonté de s’y soumettre lorsque cela lui convient.

Pour cette raison, plus tôt ce mois-ci, j’ai transféré tous les REER que je détenais à la Banque nationale vers une autre institution financière québécoise.

Post-scriptum : Après discussions avec la direction de la Banque nationale, la Société St-Jean-Baptiste et le Mouvement Québec français ont levé, en février 2012, l’appel lancé deux mois plus tôt au boycottage de cette banque.

Progression de l’anglais chez Bombardier

L’article 144 de la loi 101 permet à une entreprise québécoise de ne pas avoir à se soumettre aux dispositions de cette loi relativement à la langue de travail. Renouvelable, cette dispense n’est bonne que pour cinq ans. Chez Bombardier, la connaissance fonctionnelle du français n’est un critère d’embauche que depuis 2010. Si bien que beaucoup d’employés sont unilingues anglophones.

Afin de compenser pour cet état de fait, Bombardier dispose d’une entente particulière avec l’Office québécois de la langue française qui lui permet d’utiliser l’anglais comme langue de fonctionnement à son siège social de Dorval. La dernière entente date de 2006 et est en voie d’être renouvelée. Celle-ci portait sur 2454 employés. La demande de renouvellement présentée cet automne englobe 4022 employés, soit une augmentation de 64%.

Références :
Caisse: David Smith préféré à deux francophones bilingues
Des patrons unilingues anglais à la Caisse de dépôt
Français au travail: la Banque Nationale réagit
Kim McInnes
Loi 101: Bombardier veut une dispense pour 4022 employés
L’appel au boycottage de la Banque Nationale est levé
La Société Saint-Jean-Baptiste appelle à boycotter la Banque nationale
Louis Vachon ne demandera pas la démission d’un vice-président unilingue
Unilinguisme anglais à la CDPQ : inacceptable, dit Jean Charest

L’anglais vient d’en haut
Votre évaluation :

Un commentaire

| Opinion | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le bal masqué

16 décembre 2011

Luc et sa compagne avaient réservé leurs costumes des mois à l’avance. Or à deux jours de l’événement tant attendu, Annie avait attrapé une vilaine grippe qui la clouait au lit. Jusqu’au dernier moment, ils avaient espéré un rétablissement miraculeux qui ne s’est jamais produit.

Vas-y donc sans moi.
Que veux-tu que je fasse tout seul dans un bal masqué ?
On a déjà payé pour la location des costumes. Vas faire un tour et tu me raconteras comment ça s’est passé.

Dès le départ de son mari, Annie s’était mise au lit et s’était aussitôt endormie.

Mais vers deux heures du matin, s’étant réveillée, elle réalisa que son état s’était grandement amélioré. Puisque son époux n’était toujours pas de retour, elle décida de se déguiser elle aussi et de lui faire une surprise en le rejoignant.

En entrant dans la maison cossue de l’avocat Jodoin où se tenait l’événement, on était assailli par les rires et les éclats de voix des invités. En s’avançant vers la grande pièce — qui faisait office de salle de bal — elle aperçoit son mari tout souriant (lui d’habitude si réservé) entouré d’une meute de jolies femmes masquées.

Sa première réaction fut d’aller le rejoindre mais elle se ravisa aussitôt. Elle se dirigea plutôt vers la toilette des femmes.

Carole, tu me sauves la vie. Je viens de voir mon mari qui fait son petit coq devant les plus belles femmes de la maison. J’aimerais lui donner une leçon mais je ne veux pas qu’il me reconnaisse : est-ce que je peux échanger mon costume pour le tien ?

C’est ainsi que de duchesse, elle se métamorphosa en bohémienne. Cela tombait bien puisque ses appâts, originellement gainés et bordés d’une fine dentelle Louis-XV, se présentaient maintenant dans le profond décolleté d’une gitane depuis longtemps familière avec les jeux de l’amour.

La main sur la taille, en ondulant les hanches, elle s’approcha lentement vers son bel époux dont elle remarqua le haut du front lustré et les oreilles rouges qui dépassaient de son masque.

Elle prit sa place devant lui dans le cercle des femmes qui l’entouraient. À chaque nouveau morceau de musique, elle adoptait une nouvelle danse encore plus suggestive que la précédente. Peu à peu, ses collègues féminines quittaient le cercle pour différentes raisons : la fatigue, la soif, la faim, des besoins physiologiques pressants, etc.

Si bien qu’ils se retrouvèrent seuls au moment où un slow, un bon vieux slow, se fit entendre.

Sous le froissement du satin de son costume à lui, et sous les lambeaux de sa robe de clocharde, leur corps se moulèrent. À chaque pas lent dicté par le rythme, cette intimité devenait plus familière.

Leur long baiser s’achevait lorsque pris fin A Whither Shade of Pale de Procol Harum. Il tenta de lui dire quelque chose. Mais craignant que ce qu’il allait lui dire l’obligerait à une réponse qui révélerait le timbre de sa voix et conséquemment son identité, elle le réduisit au silence en mettant l’index sur sa bouche.

Il lui prit délicatement le poignet et l’entraina silencieusement dans l’escalier d’apparat qui menait aux chambres à l’étage.

Dès que la porte se referma derrière eux, ils glissèrent le long du mur et, sans retirer leurs costumes, firent l’amour sur le tapis. Puis, toujours dans la pénombre, sur le lit. Puis sur le revêtement froid du plancher de la salle de bain. Puis de nouveau sur le lit.

Profitant du sommeil de son conjoint, l’épouse s’esquive et rentre se coucher à la maison, attendant avec impatience le retour de son mari et les explications qu’il lui fournirait.

Moins de trente minutes plus tard, le voici justement.

Ça s’est bien passé ?
Mmmm, plus ou moins. Quand je suis arrivé, tout le monde s’amusait déjà. Je suis resté quelques instants. Mais comme la vue de tous ces couples me rappelaient ma propre solitude, j’ai décidé de rentrer à la maison…
…oui mais il est quatre heures du matin. T’as fait quoi entretemps ?
Ah, c’est qu’au moment de quitter, trois amis sont arrivés. Mais tout ce beau monde avait oublié que c’était un bal costumé. Puisque l’un d’eux voulait absolument rester — et comme il a le même gabarit que moi — je lui ai prêté mon costume et mon masque. Puis je l’ai laissé s’amuser pour aller prendre un verre dans un pub avec les deux autres. Voilà. Et toi, ta grippe, comment ça va ? dit-il avec son plus charmant sourire…

Le bal masqué
Votre évaluation :

2 commentaires

| Humour | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Lacunes sanitaires de restaurants et d’épiceries de Montréal (de septembre et octobre 2011)

15 décembre 2011

On trouvera ci-dessous la liste alphabétique des établissements condamnés en septembre et octobre 2011 pour avoir enfreint les règles d’hygiène de la ville de Montréal. Pour ces deux mois, les amendes totalisent $ 41,850.

Si le souper du Temps des fêtes offert par votre employeur doit se tenir cette année dans un des restaurants ci-dessous, il serait sage de décommander…

   • Bao Dao Taiwan (Resto —) / 1616 Rue Sainte-Catherine Ouest / $ 900
   • Basha (Restaurant —) / 1202 Rue Sainte-Catherine Ouest / $ 2,000
   • Bélanger (Restaurant — Pizzeria) / 2820 Rue Bélanger / $ 1,000
   • Belle place (Restaurant La —) / 3251 Rue Ontario Est / $ 1,500
   • Blair (Marché —) / 557 Rue Jarry Ouest / $ 1,600
   • Cagibi (Le — Pizzeria) / 5490 Boul. Saint-Laurent / $ 2,000
   • Épi d’Or (Boulangerie L’—) / 3592 Rue Jean-Talon Est / $ 1,500
   • Escale (Boulangerie L’—) / 6680 Rue Jeanne-Mance / $ 1,250
   • George (Souvlaki —) / 4006 Rue Sainte-Catherine Ouest / $ 1,800
   • Gidnety’s (Homards —) / 5055 Boul. Henri-Bourassa Ouest / $ 1,200
   • Golden Store / 1439 Rue Saint-Mathieu / $ 1,500
   • Grill Bistro (Le —) / 183 Rue Saint-Paul Est / $ 1,500
   • Jamocha (Café —) / 4060 Rue Ontario Est / $ 1,250
   • Kansas Cité B.B.Q. (voir George (Souvlaki —)
   • La Gauchetière (Cultures —) / 1000 De La Gauchetière Ouest / $ 4,300
   • Ontario (Supermarché —) / 2330 Rue Ontario Est / $ 1,800
   • Platon (Collège —) / 4521 Av. du Parc / $ 250
   • Pushab (Restaurant —) / 4777 Boul. des Sources / $ 6,100
   • Sambo (Restaurant —) / 3583 Rue Sainte-Catherine Est / $ 1,800
   • Sun Heng (Restaurant —) / 6349 Boul. Léger / $ 2,400
   • Tex-Mex (Restaurant —) / 2212 Rue Saint-Germain / $ 1,800
   • Wok (Café —) / 1845 Rue Sainte-Catherine Ouest / $ 1,700
   • Wok et soupe / 1200 Rue Sainte-Catherine Est / $ 2,700

Pour porter plainte à ce sujet, il suffit de compléter le formulaire en ligne.


Pour consulter la liste de tous les articles publiés sur ce blogue relativement aux établissements condamnés pour avoir enfreint les règles sanitaires de la ville, veuillez cliquer sur ceci.

Lacunes sanitaires de restaurants et d’épiceries de Montréal (de septembre et octobre 2011)
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Insalubrité | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’Excentris

14 décembre 2011
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Situé au 3536 boul. Saint-Laurent, l’Excentris est une des plus belles salles de cinéma de Montréal. La qualité de sa programmation est telle qu’on peut aveuglément choisir n’importe quelle œuvre à l’affiche et avoir des chances raisonnables de voir un très bon film.

Mardi dernier, à l’occasion de la première du film Les neiges du Kilimandjaro, on m’a permis d’y photographier à ma guise. Voici ce que j’en ai rapporté.

Billeterie électronique
File d’attente et comptoir alimentaire
Aire de repos
Intérieur d’une salle
Réserve de vins du restaurant

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif M.Zuiko 12mm f/2,0
1re photo : 1/4 sec. — F/2,0 — ISO 400 — 12 mm
2e photo  : 1/30 sec. — F/2,0 — ISO 160 — 12 mm
3e photo  : 1/30 sec. — F/2,0 — ISO 320 — 12 mm
4e photo  : 1/30 sec. — F/2,0 — ISO 200 — 12 mm
5e photo  : 1/10 sec. — F/2,0 — ISO 800 — 12 mm
6e photo  : 1/30 sec. — F/2,0 — ISO 320 — 12 mm

L’Excentris
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Faits divers No 6

12 décembre 2011

Question : Comment appelle-t-on un citoyen de Buenos Aires ?
Réponse  : C’est un Porteño (qu’on prononce : Portégno).

Référence : Porteño


 
Les liquidités d’Apple se chiffrent à 75 milliards de dollars, soit d’avantage que la Trésorerie américaine.

Référence : Anonyme, Numérologie, iCreate, 2011, 72; 17.


 
Selon le professeur Léo-Paul Lauzon, le Canada possède la plus faible proportion de médecins des pays occidentaux avec 19 médecins par 100 000 habitants : c’est 35 en Allemagne, 37 en France, 39 en Norvège, 40 en Suisse et 36 en Suède.

Le nombre de lits par 100 000 habitants est de 34 au Canada, 68 en Finlande, 72 en France et 81 en République tchèque.

Référence : Dongois M, Croyez-moi, le prix des médicaments va baisser, L’Actualité pharmaceutique, 2011, 19 (no 9): 39.


 
Parmi dix compagnies nord-américaines, c’est Air Canada qui offre les repas les plus sains. C’est du moins la conclusion d’une enquête récente effectuée par la City University of New York.

De plus, selon un sondage mené auprès de 36 000 lecteurs de la revue Global Traveler, cette compagnie aérienne a été jugée comme étant le meilleur transporteur en Amérique du Nord.

Références :
For healthiest food on the fly, Oh, Air Canada
Global Traveler Announces 8th Annual Reader Survey Award Winners


 
Construit entre 1903 et 1909, le chemin de fer du Yunnan fut le chantier le plus extravagant de la France en Indochine. Long de 465 km, il nécessita l’embauche d’un total de 60,700 hommes dont 12,000 périrent sur le chantier, soit un taux de mortalité de près de 20%, à une époque où la vie des colonisés comptait beaucoup moins que celle de leurs maitres…

Référence : Le Chemin de fer du Yunnan


 
Les deux tiers de l’énorme excédent commercial de l’Allemagne — en d’autres mots, la différence entre ses exportations et ses importations — sont constitués des échanges commerciaux de ce pays avec le reste de l’Europe.

La prospérité allemande est donc intimement liée à celle de l’Union européenne.

Références :
Der Euro, mein Freund
Les fédéralistes finiront par tuer l’idée européenne


 
De tous les membres de l’OCDE, Israël est celui qui dépense le plus, proportionnellement, en recherche et développement, soit 4% de son produit intérieur brut. Suivent la Suède (3,5%), la Corée du Sud (3,3%), le Japon (3,2%) et la Suisse (3,0%).

L’État d’Israël compte 7,8 millions de citoyens dont 75,4% sont juifs (incluant les colons en Palestine), 20,5% sont arabes (en incluant seulement ceux sur le territoire israélien) et 4,1% sont classés « autres » (principalement des immigrants non juifs en provenance de l’ex URSS).

La proportion de citoyens juifs était de 81,7% en 1988 : elle a donc chuté du seizième en deux décennies.

Référence : Anonyme, La revue, 2011, 17: 10-2.


 
Avant 2003, la tour de l’horloge du Parlement britannique — dont la cloche est surnommée Big Ben — penchait annuellement vers le nord-ouest de 0,65mm : c’est maintenant 0,9mm depuis 2003.

Référence : Anonyme, La revue, 2011, 17: 11.


 
Le principal producteur d’or au monde est la Chine (345 tonnes en 2010). Elle est suivie par l’Australie (255 tonnes), les États-Unis (230 tonnes) et l’Afrique du Sud (190 tonnes).

Le Canada est au septième rang, avec 95 tonnes. À 80%, l’or canadien est produit au Québec et en Ontario.

Références :
La production d’or dans le monde 2010
Mataillet D, Testez vos connaissances, La Revue, 2011, 17; 152-160.


Liste de tous les faits divers (des plus récents aux plus anciens)

Faits divers No 6
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Faits divers | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :