La situation du français au Québec : l’étude Paillé

Le premier septembre dernier, je publiais un billet très critique sur la manière avec laquelle l’Office s’acquitte de son mandat.

Entre autres, je reprochais à l’Office ses cachoteries en retardant la publication de toute étude susceptible de troubler la paix linguistique au Québec.

Huit jours plus tard, sous la direction de sa nouvelle présidente, l’Office dévoilait une série d’études démographiques sur la situation linguistique du français au Québec. On doit donc féliciter l’Office pour sa plus grande transparence.

Je m’étais promis de ne pas me contenter de lire les communiqués émis par cet organisme mais plutôt de déchiffrer ces études afin d’essayer de comprendre pourquoi ce que j’entends autour de moi est en contradiction avec les conclusions rassurantes de l’Office au sujet de la place du français sur l’île de Montréal.

Depuis quelques jours, je me suis donc attelé à la lecture des 128 pages de la première des cinq études disponibles sur le site Web de l’Office, soit celle Michel Paillé.

Voici donc ce que j’en ai retenu.

Mais avant d’aller plus loin, permettez-moi de faire une digression pour me vider le cœur. En parcourant les documents sur le site de l’Office, j’ai découvert que c’était cet organisme qui avait fait la campagne « Merci de me servir en français ».

Cette campagne anonyme — anonyme dans le sens que les affiches ne précisaient pas le nom du ministère ou de l’organisme gouvernemental qui les finançait — visait apparemment à nous convaincre d’être reconnaissants lorsqu’on nous sert en français.

Être servi dans ma langue n’importe où au Québec est mon droit et non un privilège. Comme c’est le droit de n’importe quel Anglophone d’être servi dans la sienne partout au pays, y compris au Québec. Donc je ne comprends pas comment l’Office peut s’imaginer que je devrais me sentir chanceux qu’on me serve dans ma langue. Cela donne un aperçu inquiétant de la mentalité des gens que le Parti libéral a placé à la tête de cet organisme.

Voilà, c’est fait. Abordons maintenant le vif du sujet.

Tout d’abord il faut préciser que cette étude est principalement une analyse des données obtenues lors des recensements effectués par Statistiques Canada en 1996, 2001 et 2006.

Dans le texte qui suit, le mot Francophone définira non pas la personne dont la langue maternelle ou la première langue apprise est le français mais plutôt quiconque parle principalement cette langue à la maison.

Pour moi, une personne qui habite le Québec, née de parents francophones, mais qui lit principalement des textes en anglais, qui voit des films en version anglaise, qui écoute de la musique anglaise et surtout, qui parle anglais à la maison, n’est plus un Francophone.

Les Francophones sont passés de 53,8% à 52,6% de la population de l’île de Montréal entre 1996 et 2006. Les Anglophones sont passés de 24,1% à 23,9% au cours de cette période et les Allophones, de 22,1% à 23,5% (page 24).

Dans la couronne de Montréal, il est à noter que les Francophones sont passés de 85,2% à 83,7% entre 1996 et 2006, ce qui contredit l’Office. Celui-ci expliquait le déclin démographique des Francophones sur l’île par une migration de ces derniers vers les banlieues de Montréal. S’il y avait réellement eu un exode des Francophones vers les banlieues, leur proportion aurait augmenté plutôt que diminué légèrement (page 25).

L’étude révèle également que le taux de fécondité des Francophones et des Anglophones sont presque identiques alors que celui des Allophones est plus élevé (page 66).

À leur arrivée au pays en 2009, 64,1% des immigrants connaissaient déjà le français et 55,7% (en 2008) connaissaient déjà l’anglais. Leur total fait plus de 100% car 40,6% étaient déjà bilingues français-anglais (page 84).

Toutefois cela ne nous dit pas si, une fois devenus citoyens canadiens, les néoQuébécois choisissent de s’assimiler au français ou à l’anglais. Des informations précieuses à ce sujet sont fournies par ce que l’étude appelle les « substitutions linguistiques », un euphémisme pour dire la même chose.

Pour l’ensemble du Québec, en 2006, 54 655 ex-Anglophones et 162 945 ex-Allophones — pour un total de 217 600 personnes — étaient devenus Francophones. À l’opposé, 62 760 ex-Francophones et 157 480 ex-Allophones — pour un total de 220 240 personnes (soit légèrement plus) — étaient devenus Anglophones (page 102).

En 2006, les substitutions linguistiques contribuaient pour 2,4% des effectifs francophones alors qu’elles étaient beaucoup plus importante pour la communauté anglophone du Québec puisque cela représentait 22% de ses effectifs (page 101).

Le 26 août 1977, le parlement québécois adoptait la Charte de la langue française, communément appelée Loi 101. Avant 1976, 75,5% des substitution linguistiques des immigrants habitant l’île de Montréal se faisaient au profit de l’anglais, le reste (soit 24,5%) au profit du français. Cette substitution au profit de l’anglais avait chuté à 40,6% dans les années qui suivirent l’adoption de la Loi 101, pour s’établir en 2006 à 28,2%, soit un peu plus que la proportion d’Anglophones sur l’île, soit 23,9% (page 109).

Si l’importance démographique des Anglophones de l’île ne s’est pas accrue entre 1996 et 2006, c’est que la communauté anglophone est saignée par un solde migratoire négatif de 57 320 personnes, annulant tous les effets bénéfiques de l’assimilation des néoQuébécois (page 71).

Donc, après la lecture minutieuse de cette étude, je ne suis pas plus avancé : à écouter ce qu’on entend sur la rue et dans les transports publics, il est très évident qu’il y a beaucoup plus que 23,9% des Montréalais qui parlent anglais. Il me reste donc à lire les quatre autres études disponibles sur le site de l’Office pour essayer de comprendre pourquoi.

C’est à suivre…

Référence : Étude Paillé

La situation du français au Québec : l’étude Paillé
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :