Le vin de Bordeaux, made in China

Alors que les ventes de vin français sont en recul à travers le monde, elles augmentent en Chine. Les ventes de bordeaux — particulièrement recherchés — y doublent à chaque année depuis cinq ans : à eux seuls, les vins de cette région représentent la moitié des vins français consommés dans ce pays.

Et comme les Chinois sont néophytes en la matière, ils sont influençables. Une campagne de publicité en faveur des vins de la vallée du Rhône a fait en sorte qu’entre janvier et septembre 2010, la Chine a soudainement importé un million de bouteilles de vins de cette région.

Quant aux grands crus, ils sont l’objet d’une frénésie spéculative ahurissante. En octobre 2010, lors d’un encan à Hong Kong, trois bouteilles de Château Lafite 1869 ont été acquises pour une somme totale dépassant le demi-million d’euros, soit 28 fois leur valeur estimée.

Mais la Chine est le royaume de la contrefaçon. Après les vêtements, les accessoires de mode, les iPhones, et bien d’autres choses, les faussaires chinois s’intéressent depuis peu au vin, plus précisément aux grands crus français. Leur marché : les nouveaux millionnaires chinois.

Ces derniers collectionnent les montres suisses (les vraies), les voitures allemandes, les pierres précieuses, les tableaux de maitres et veulent goûter à tous les plaisirs que s’offrent déjà leurs collègues occidentaux, dont celui du vin. Et comme cet intérêt est nouveau pour eux aussi, ils représentent une clientèle facile à tromper.

On estime qu’il y a un plus grand nombre de bouteilles de Château Lafite 1982 dans les caves des collectionneurs chinois qu’il s’en est produit cette année-là en France. Y aurait-il en Chine, un nouveau Jésus de Nazareth capable de multiplier miraculeuse le pain et le vin ? Il semble que oui.

Mais les sceptiques sont nombreux. Ils sont déjà à l’œuvre au Centre d’études nucléaires de Bordeaux-Gradignan, en France. Ses chercheurs ont mis au point une mesure du Césium-137 qui permet de dater le vin.

Entre 1950 et 1963, les expériences nucléaires à ciel ouvert (et la tragédie de Tchernobyl, en 1986) ont saupoudré des retombées radioactives (dont le Césium-137) de manière variable sur toute la planète. Pour chacune des régions du Monde, correspond une dose pour une année précise.

Les crus d’avant 1950 ne contiennent pas de cet isotope radioactif. Alors comment distinguer une bouteille de 1920, d’une autre de 1949 ? Par l’aspect et le goût, évidemment, mais aussi par le verre de la bouteille.

En effet, le processus de fabrication du verre a évolué avec le temps, et de manière variable selon les régions. On mesure donc les rayons X émis par la bouteille lorsque bombardée d’ions par un accélérateur de particules : cela permet de déterminer si ce rayonnement correspond à celui attendu d’une bouteille de son âge.

Malheureusement, un marché des bouteilles vides s’est développé en Chine : certains restaurants de Pékin sont prêts à payer jusqu’à 350 euros pour une bouteille vide d’un grand cru français.

Aussi les producteurs eux-mêmes s’arment-ils contre les faussaires. Ils se voient proposer des dispositifs sophistiqués, encore peu utilisés pour l’instant, qui permettent d’authentifier le vin de manière très précise. L’ultime espoir des producteurs, c’est que le système qu’ils adopteront ne porte pas l’étiquette « Made in… ».

Références :
Lebœuf M, À la conquête des palais chinois, La Revue, 2011, 10; 92-3.
Contrefacons et vols de vins en Chine
Cabibbo H, In vino veritas, La Revue, 2011, 16; 115-6.


Note : Le billet ci-dessus est le 500e texte publié sur ce blogue.

Le vin de Bordeaux, made in China
Votre évaluation :

2 commentaires à Le vin de Bordeaux, made in China

  1. sandy39 dit :

    BORDEAUX : il paraît que c’est une des plus belles villes de France.

    Je savais que les vins de Bordeaux étaient exportés en Chine. Mais les Chinois ne seraient-ils pas trop malins pour être honnêtes ? Est-ce dû à la grandeur de leur territoire et à leur nombre d’habitants ?

    J’ai l’impression qu’ils veulent “bouffer” le reste du monde. Ce qui dégoûte, c’est qu’on se rend compte qu’on achète chinois (fringues…), on y est un peu obligé quand on voit les prix du fabriqué en France. Mais s’il n’y avait que du français, on serait bien obligé d’acheter français !

    Je crois que c’est un cercle vicieux. Et nous que nous reste-t-il ? Que fabriquons-nous vis-à-vis de cette nouvelle puissance qu’est en train de devenir la Chine ? Ils ne vont quand même pas nous piquer nos vins… Cela devient malsain, ce serait du vol !

    Qu’entendez-vous par l’étiquette “Made in…” J’ai du mal à comprendre. Les Chinois vont-ils acheter des bouteilles vides de nos vins de Bordeaux et les remplir de n’importe quoi ?

    • Lorsqu’on voit tous ces banquiers, d’apparence respectable, se comporter comme des rapaces, tromper leur clientèle en vendant des titres financiers « toxiques » sous de fausses représentations, lorsqu’on voit le nombre effarant de nos dirigeants politiques tremper dans des magouilles, peut-on vraiment donner des leçons d’honnêteté aux Chinois ?

      Celui qui fait passer de la piquette pour un vin luxueux ne tue personne et ne contribue que très modestement à la ruine de son client. Mais la faillite des Enron, Lehman Brothers et autres, les tromperies du financier Bernard Madoff, ont causé la ruine de milliers de petits épargnants et de retraités.

      Il est probable que la perte de leurs épargnes a provoqué des divorces, des crises cardiaques et beaucoup de malheur.

      Mais la piquette payée au prix fort a sans doute égayé le cœur du nouveau riche chinois qui s’est fait rouler. Donc, sans vouloir excuser les faussaires chinois, leur crime est certainement moindre.

      Et si on se rappelle du scandale du Bourgogne frelaté par un producteur français, l’exemple vient de haut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :