Voyage à Vienne (5e jour)

26 septembre 2011

Après le déjeuner à l’hôtel, je prends le métro en direction de la chapelle de l’ancien palais royal afin d’assister à 11h à la messe, chantée tous les dimanches par les Petits chanteurs de Vienne. Normalement il faut réserver des semaines à l’avance. Mais sait-on jamais…

C’est complet et de toute manière, la messe est terminée (elle commençait à 9h). Je visiterai la chapelle plus tard dans la journée. Elle est très sobre. De plus, je n’y ai pas vu d’orgue : je présume donc que les Petits chanteurs y chantent à capella (c’est-à-dire sans accompagnement instrumental).


 
Pour l’instant, je visite la collection d’argenterie et de porcelaines de la cour. On peut y admirer le plateau ci-dessus, en bronze doré. Ses sections totalisent 33 mètres de long. Garni de fruits et de fleurs, il décorait le centre de la table.


 
La porcelaine est ravissante et variée. Elle illustre le niveau d’expertise et la créativité des artisans de l’empire, de même que les goûts de leurs commanditaires. L’exposition en montre des dizaines de modèles ; des scènes mythologiques, des paysages, des fruits et des fleurs, etc.

Puis c’est la visite de la partie des appartements impériaux accessibles au public (mais qu’il est interdit de photographier). Je me faufile rapidement au travers de l’exposition consacrée à l’impératrice Elisabeth (Sissi, pour les intimes), qui présente le moindre de ses objets quotidiens, ses bijoux (ou leurs copies) et quelques robes.

Je prends quelques instants pour déambuler dans le Volksgarten (ou jardin du peuple), décoré de rosiers, et au milieu duquel des canards s’ébattent dans l’eau d’une fontaine. Des jeunes, seuls ou en couple, sont allongés au soleil sur le gazon.


 
Puis c’est la visite du Trésor royal. Parmi les centaines d’objets, deux couronnes garnies de pierres précieuses. La plus ancienne date du Xe siècle : on a longtemps cru que c’était la couronne de Charlemagne.


 
La plus récente (ci-dessus) a été fabriquée à Prague en 1602. Elle a servi au couronnement de l’empereur Rodolphe II.


 
Puis c’est la visite de la Prunksaal ou Salle d’apparat de la Bibliothèque nationale. C’est d’une beauté à couper le souffle. En cliquant sur l’image, vous en verrez une version à haute résolution (1920 x 1080 pixels).

Puis je visite l’église St-Michel, située sur la place du même nom, devant l’entrée de l’ancien palais. L’intérieur est extrêmement sombre, ce qui est propice au recueillement des fidèles mais très exigeant pour les appareils photos.

Après le repas du soir dans un restaurant italien à proximité, le traverse la Place Herbert von Karajan où Don Giovanni (de Mozart) est retransmis sur écran géant en direct de l’opéra. J’en écoute une trentaine de minutes puis je rentre à l’hôtel me coucher.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45 mm (3e et 4e photos) et objectif Lumix 7-14 mm F/4,0 (les autres photos)
1re photo : 1/30 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 9 mm
2e photo  : 1/30 sec. — F/4,0 — ISO 160 — 14 mm
3e photo  : 1/13 sec. — F/3,5 — ISO 800 — 14 mm
4e photo  : 1/8 sec. — F/4,7 — ISO 800 — 23 mm
5e photo  : 1/15 sec. — F/4,0 — ISO 400 — 10 mm


Suite : Voyage à Vienne (6e jour)

Pour lire tous les comptes-rendus du voyage à Vienne, veuillez cliquer sur ceci.

Voyage à Vienne (5e jour)
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Récit du voyage à Vienne, Récits de voyage | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Vienne (4e jour)

26 septembre 2011

Ce matin, je me suis réveillé tôt et cela tombe bien puisque je compte visiter l’église Saint-Charles-Borrommée et j’aimerais le faire avant qu’elle soit submergée de touristes.

En chemin, j’en profite pour visiter l’église Sainte-Élisabeth, située près de mon hôtel, dont les cloches sonnent à 7h tous les matins. Il s’agit d’une église paroissiale sobre, de style néo-gothique.

Puis c’est le faste de Saint-Charles-Brorromée, la plus belle église baroque de Vienne. Érigée après que l’empereur Charles VI ait fait le vœux d’élever une église dédiée à ce saint dès que cesserait la peste qui ravageait la capitale impériale à ce moment-là.


 
C’est un spectaculaire pot-pourri architectural, mêlant avec adresse le fronton d’un temple grec, encadré de deux colonnes qui rappellent celle de l’empereur Trajan à Rome, le tout surmonté d’une coupole rococo et flanqué de deux pavillons qui sont sensés évoquer (par leur toiture) des pagodes chinoises.


 
L’intérieur est magnifique, un peu gâché par un ascenseur destiné à permettre aux visiteurs d’accéder à une lucarne qui surmonte la coupole et qui offre une vue panoramique de la ville. Mais il y a un bon côté à tout : cet ascenseur permet d’admirer de près la fresque qui orne l’intérieur de la coupole.


 
Cette fresque, de couleurs délicates, couvre une surface 1256 m². Elle a récemment été restaurée avec brio par une équipe de sept jeunes adultes qui y ont consacré quatre ans de leur vie.


 
Je prends le repas du midi dans le restaurant situé dans un des deux pavillons Art nouveau qui servaient originellement de billetterie à la station de métro de la Place Charles (ci-dessus).

Puis je visite le Musée municipal de Vienne, situé à côté de l’église Saint-Charles-Borromée. Celui-ci est dédié à l’histoire de la ville, de l’époque romaine au début du XXe siècle. Il offre un survol intéressant de l’art autrichien. On y voit plusieurs œuvres du peintre Klimt avant sa conversion à l’Art nouveau.

Il est 17h. Il me reste une heure pour voir l’exposition consacrée à Markart au musée Künstlerhaus (ce qui signifie Maison des artistes). Il s’agit d’un peintre kitsch de la 2e moitié du XIXe siècle. Il a un sens extraordinaire des couleurs (surtout le rouge et le cyan). Ses œuvres sont souvent monumentales et s’harmonisent bien avec le style historiciste de l’époque. Le décor surchargé et tape-à-l’oeil de ses ateliers (qu’on pouvait visiter moyennant un frais d’entrée) épatait ses contemporains.

Je prends le repas du soir près de l’opéra de Vienne. À partir de 19h30, sur une petite place extérieure située adjacente à l’opéra, on peut assister gratuitement à la retransmission directe de l’œuvre lyrique à l’affiche ce soir, soit Falstaff de Verdi (dans laquelle la contre-alto québécoise Marie-Nicole Lemieux chante le rôle de Mme Quickly).

En me promenant aux alentours, à la recherche d’un café internet (afin de publier le billet relatant mes 2e et 3e journées à Vienne), je rencontre le restaurant Sacher. Celui-ci est renommé à travers le monde pour son gâteau au chocolat appelé Sachertorte. Je regretterais partir de Vienne sans y avoir goûté. Moi qui prends rarement des desserts, je dois donc me sacrifier…


 
Après ce supplice charmant, je rentre à l’hôtel pour réviser mes photos et rédiger partiellement ce billet avant d’aller au lit.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 7-14 mm F/4,0 (la quatrième photo) et objectif Lumix 14-45 mm (les autres photos)
1re photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 100 — 14 mm
2e photo  : 1/30 sec. — F/4,0 — ISO 125 — 18 mm
3e photo  : 1/13 sec. — F/4,5 — ISO 400 — 21 mm
4e photo  : 1/30 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 7 mm
5e photo  : 1/400 sec. — F/9,0 — ISO 100 — 20 mm
6e photo  : 1/8 sec. — F/4,5 — ISO 400 — 20 mm


Suite : Voyage à Vienne (5e jour)

Pour lire tous les comptes-rendus du voyage à Vienne, veuillez cliquer sur ceci.

Voyage à Vienne (4e jour)
Votre évaluation :

3 commentaires

| Récit du voyage à Vienne, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :