Les incendiaires

© 2008 — Wikipedia

Existe-t-il un moyen de réduire le risque d’un prêt ? Oui, en contractant une assurance anti-défaut de paiement (« Credit Default Swap » ou CDS).

Depuis 2008, plus précisément depuis la faillite colossale de Lehman Brothers, les CDS — jusque-là essentiellement limités à l’assurance des dettes des entreprises — se sont développés pour les États. Déjà, on dépense des dizaines de milliards de dollars en CDS : ces sommes croissent rapidement au fur et à mesure que grandissent les inquiétudes sur la solvabilité des États.

Ce qui contribue à leur popularité, c’est qu’on peut acheter un CDS sur la dette d’un État sans même posséder de titres de cette dette. Tout comme on peut acheter une assurance automobile sans avoir d’auto.

Si l’assurance-automobile sans auto est stupide, l’assurance-solvabilité-étatique est parfaitement logique car en réalité, les assurés ne parient pas sur la faillite de cet État ; ils parient sur les occasions d’affaires que la spéculation boursière pourrait créer pour eux.

En d’autres mots, on achète un CDS dans l’espoir de le revendre lorsque son prix augmentera. Entretemps, on a donc tout intérêt à colporter les rumeurs de faillite concernant les pays au sujet desquels on détient des CDS.

Puisque les « petits ménés suiveux » croiront plus facilement aux possibilités de faillite d’un pays comme la France (comparativement au risque des États-Unis), l’assurance anti-faillite française a plus de chance d’augmenter de valeur (et de rapporter à ceux qui en auront acheté) que l’assurance-faillite américaine.

Voilà pourquoi il existe pour 23 milliards$ de CDS contre une faillite éventuelle de la France et 17 milliards$ contre celle de l’Allemagne (deux pays cotés AAA) comparativement à 5,6 milliards$ contre celle des États-Unis (un pays coté AA+ et plus endetté que la France et l’Allemagne).


Dettes nationales en pourcentage du produit intérieur brut


 
On comprend donc pourquoi certains milieux financiers semblent tout faire pour déstabiliser le marché de la dette de certains États.

En Europe, on prend conscience de l’importance de prendre des mesures énergiques contre la spéculation. Aux États-Unis — un pays encore dominé par les voix prônant le laisser-faire de l’État — on est loin d’une réflexion sur les moyens de prévenir la répétition des ravages récents du néo-libéralisme.

Référence :
Les spéculateurs parient sur la faillite américaine

Les incendiaires
Votre évaluation :

2 commentaires à Les incendiaires

  1. Un CDS c’est donc comme quand je fais un prêt immobilier et que le prêteur m’oblige à prendre une assurance-chômage. Sauf que, avec le CDS, c’est mon voisin (qui pourrait être mon patron), qui a la possibilité de souscrire à cette assurance ?

    • Absolument. Avec ceci de particulier que si ce voisin sait que vous avez contracté des emprunts auprès de plusieurs créanciers, il pourrait acheter un CDS à votre sujet puis propager la rumeur que vous vous dirigez vers la faillite, en espérant que cette fausse rumeur provoquera la panique et incitera vos créanciers à se battre entre eux pour acheter ce CDS à n’importe quel prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :