De Montréal à Shanghai

 

 
Cette vidéo documente les premiers 24 heures de mon voyage de l’automne dernier à Shanghai.

Au terminus Voyageur de la station de métro Berri-UQUAM, je prends d’abord l’autobus qui fait la navette avec l’aéroport P.E.-Trudeau.

L’avion décolle de Montréal à 10h pour faire escale à Toronto. Puis ce sera le long vol de plus de quinze heures vers Shanghai, toujours par Air Canada, qui traversera onze fuseaux horaires : il débute à 13h05 à Toronto et se termine le lendemain à 15h15 (heure de Shanghai).

À l’aéroport de cette ville, je prends le train le plus rapide au Monde, le Maglev (pour MAGnetic LEVitation). Sa vitesse maximale est de 431 km à l’heure. En une dizaine de minutes, ce train parcourt les 40 km qui séparent l’aéroport d’une station du métro de Shanghai. Or mon hôtel est situé à proximité d’une autre station sur la ligne 2 (celle qui débute précisément à l’aéroport).

Séjourner à un hôtel de Shanghai durant l’exposition universelle, c’est cher. Le prix officiel d’une chambre ordinaire au Howard Johnson Club était de 377$ ou 263 euros la nuit. Dans les faits, elle m’avait coûté 140$ — une économie appréciable — grâce aux tarifs imbattables d’une agence de voyage turque trouvée sur l’internet.

Vu des airs, le Howard Johnson Club a la forme d’un cornichon dodu. Il est bâti en diagonale à l’intersection de deux rues achalandées. Les chambres situées du côté de la rue souffrent du bruit de la circulation automobile. À ma demande expresse, ma chambre était du côté opposé, soit celui qui donne sur un jardin.

Après avoir pris le repas du soir à l’hôtel, j’en filme le comptoir de réception et je pars à la découverte des alentours : les photos prises à cette occasion seront incorporées à une vidéo à venir relative aux environs de l’hôtel.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Shanghai

De Montréal à Shanghai
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :