Quand on a de l’argent de trop : l’achat de Skype par Microsoft

Depuis le départ de Bill Gates le 14 janvier 2000, Microsoft est dirigé par Steve Balmer. Ce dernier est un homme très intelligent, colérique, et totalement dépourvu de jugement.

Sa gestion lamentable du conflit avec les responsables européens de la lutte contre les abus de position dominante a déjà coûté plus de deux milliards$ à Microsoft en pénalités.

Voilà aujourd’hui qu’il offre de payer 8,5 milliards$ pour Skype, une compagnie offrant aux 660 millions de personnes inscrites à ses services, la possibilité d’effectuer des appels-vidéos par Internet.

Depuis un quart de siècle, Microsoft a accumulé 43 milliards$ de liquidités. Le sixième de cette somme sera donc utilisé pour acheter Skype, une compagnie non rentable. Jamais Microsoft n’aura dépensé autant pour acquérir un logiciel ou une compagnie.

Autrefois, il aurait suffi à Microsoft de créer un logiciel rival pour qu’il soit adopté instantanément, privant Skype de sa clientèle du jour au lendemain. Mais les temps ont changé.

Les Macintosh ont presque doublé leur part du marché depuis 2006. Windows Vista fut un désastre. Wikipédia est venu à bout de l’encyclopédie Encarta (discontinuée en 2009). La part du marché occupée par les lecteurs multimédia Zune — la version microsoftienne des iPods d’Apple — est insignifiante. Les téléphones basés une version miniature de Windows perdent du terrain. De nos jours, Internet Explorer n’est plus utilisé que par 55,9% des internautes.

Bref, Microsoft est devenue une compagnie de perdants, essuyant des échecs ou les demi-succès sur tous les fronts sauf celui des consoles vidéo.

Alors qu’Apple a créé FaceTime, une version améliorée de Skype, Microsoft sait que s’il tentait de faire pareil, les internautes bouderaient sa copie. Microsoft a donc décidé d’acheter la position dominante de Skype pour une somme faramineuse.

Ce faisant elle se prive de milliards de dollars qu’elle aurait pu utiliser de manière plus judicieuse en créant des produits novateurs et en corrigeant les bogues incalculables qui minent sa crédibilité.

Références :
FaceTime
Le déclin de Windows
Microsoft
Skype
Skype vaut-il 8,5 milliards?
Steve Ballmer

Quand on a de l’argent de trop : l’achat de Skype par Microsoft
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :