Zhouzhuang

 

 
Aller à Shanghai sans visiter une des villes de canaux de la région, c’est comme aller à Paris sans visiter Versailles.

Toutefois, l’an dernier, j’ai déjà vu deux d’entre elles (Luzhi et Suzhou) et je n’étais pas convaincu de la nécessité d’en visiter une de plus.

C’est à l’insistance amicale d’un sino-canadien rencontré par hasard dans le Vieux-Shanghai que j’ai reconsidéré ce refus. Selon M. Hui Guo Jiang, Zhouzhuang est la plus belle d’entre elles. En effet, celle-ci est classée au patrimoine mondial par l’UNESCO.

Les premières fondations de la ville datent de la dynastie des Zhou orientaux, c’est-à-dire plusieurs siècles avant le premier empereur de Chine. En 1086, sous la dynastie Song (960—1279), Zhou Digong (note : le nom de famille est en premier) donne sa résidence afin qu’on y construise un temple bouddhiste. La ville se nomme justement Zhouzhuang (« village de Zhou ») en honneur de ce donateur.

Donc le 23 septembre dernier, je me lance à l’aventure. L’aller-retour, de même que la visite guidée en mandarin, coûte 155 yuans soit environ 23$ ou 17 euros.

La vidéo débute au terminus d’autobus du Stade Huo Che Tou. Durant le trajet, j’en profite pour photographier tout et n’importe quoi par les fenêtres de l’autobus (qui mettra environ 90 minutes pour atteindre Zhouzhuang).

Au départ de Shanghai, il pleuvait : arrivée à destination, le temps est encore gris mais il fera beau durant la presque tout mon séjour à Zhouzhuang.

Nous débarquons dans un stationnement. À l’arrivée, je me procure une carte sur laquelle sont indiqués les centres d’intérêt de la ville. Notre guide et moi convenons que je visiterai la ville indépendamment des autres passagers : toutefois, je dois être absolument de retour au stationnement pour 17h.

Zhouzhuang est une ville de canaux traversés par de nombreux ponts de pierre. La vieille ville est exclusivement piétonnière. La plupart des étroites ruelles pavées longent des canaux : souvent, du côté du canal, sont construits des restaurants aux larges fenêtres permettant d’admirer le paysage tandis que sur le côté opposé, s’alignent des échoppes et, à l’occasion, des résidences de riches marchands. Des centaines de lanternes rouges éclairent les canaux à la tombée du jour.

À 1:42 dans la vidéo, on voit une spécialité culinaire locale : le wansanti, ou pied de porc grillé.

De 1:49 à 2:33, nous visitons le Palais Zhang, construit vers 1436—1449. Il compte six cours intérieures, 70 pièces et un plan d’eau où s’ébattent des canards. Le tout occupe une surface de 1 800 m².

Après un bain de foule dans une ruelle marchande, nous visitons (de 3:05 à 3:22 dans la vidéo), le Palais Shen, bâti en 1742 et qui occupe une surface de 2 000 m². Le palais dispose de sept cours intérieures et de cent pièces.

À 3:26, nous apercevons brièvement un artisan à la cigarette qui peint l’intérieur de fioles de verre. Plus loin, des femmes vendent du poisson séché. À 3:40, ce qui ressemble à du riz dans un récipient de plastique rouge est en réalité des crevettes miniatures. Les Chinois les ajoutent au gruau de riz qu’ils mangent au déjeuner.

Comme c’est le cas dans la plupart des villes qui ont accès à des fruits de mers et du poisson frais, ceux-ci sont disponibles au restaurant dans des aquariums : le client peut choisir le poisson qu’il désire et celui-ci est aussitôt apprêté à son goût.

De 4:02 à 5:01, nous nous promenons dans le Temple Quanfu. L’immense complexe bouddhiste est constitué principalement de quatre grands pavillons en ligne droite traversant un vaste plan d’eau peuplé de poissons rouges. Le Temple abrite 21 statues dorées de Bouddha ainsi qu’une représentation en bronze haute de cinq mètres.

De retour dans la partie commerçante de la vieille ville, nous croisons à 5:10 un batelier qui offre, pour 50 yuans — soit environ 7,50$ ou 5,5 euros — par personne, la possibilité d’assister à la pêche au cormoran (à moins que ce ne soit uniquement pour se faire photographier dans son bateau). Ces oiseaux sont domestiqués pour la pêche en eaux douce.

Il est à noter qu’à 5:13, les jeunes sont attablés, non pas dans un restaurant, mais plutôt dans une maison de jeux.

À 7:18, nous sommes à l’intérieur d’une attraction touristique mineure de la ville, soit une maison inclinée.

À 8:24 dans la vidéo, nous quittons la vieille ville afin de voir (à 8:28) la Pagode Yunhai, fermée au public.

De 8:38 à 9:12, c’est le retour en taxi vers le stationnement (notez la propreté de la ville), puis une brève promenade aux alentours en attendant l’autobus, et finalement le retour vers Shanghai.

Lorsque je revois cette vidéo, je ne peux pas m’empêcher de penser à quel point je me sens privilégié d’avoir effectué ce voyage en Chine. À elle seule, la visite de Zhouzhuang justifierais ce voyage : or ce n’est là que le résumé d’une journée sur les trois semaines que j’ai passé à Shanghai…

Références :
Carnet de voyage à Shanghai — Dix-septième jour
Pêche au cormoran
Zhouzhuang
Zhouzhuang


Voir aussi : Liste des diaporamas de Shanghai

Zhouzhuang
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :