Faits divers No 1

30 novembre 2010
© 1939 — Turner Entertainment Co., un société de Time Warner Company

Réalisé en 1939, le film « Autant en emporte le vent » (photo ci-dessus) est le plus grand succès de l’histoire de cinéma mondial. Doté d’un budget de 4 millions$, ce film a rapporté 1,25 milliards$ (soit 13,8 milliards$ en dollars d’aujourd’hui).

Par comparaison, « Avatar » a coûté 460 millions$ et a rapporté 2,8 milliards$ (2,9 milliards$ en dollars d’aujourd’hui).

Mais revenons au film de 1939. Les lois raciales de l’époque empêchèrent Hattie McDaniel (qui y incarne le rôle de Mamma, une nourrice) d’assister à la première du film à Atlanta le 15 décembre 1939.

L’année suivante, ce rôle lui valut un Oscar : l’actrice devenait ainsi la première personne de race noire à recevoir un tel honneur. Vingt-quatre années s’écouleront avant de voir un autre acteur noir — Sidney Poitier — recevoir un Oscar.

Référence : Wikipédia


 
Proctor & Gamble est le plus important annonceur au monde. En 2009, cette compagnie a dépensé en publicité la somme de 8,6 milliard$ (soit 10,9% de ses ventes nettes).

Parmi ses marques connues, citons Allways, Braun, Charmin, Crest, Downy, Duracell, Folgers, Gillette, Head & Shoulders, Ivory, Old Spice, Oral-B, Pampers, Pantene, Pringles et Tide. Ouf! Quelle belle publicité gratuite…

Référence : P&G’s $1 Billion Problem: Is Its Ad Budget Too Big?


 
Le plus lu des quotidiens de France n’est ni Le Monde, ni le Figaro. Depuis 1975, c’est le journal breton Ouest-France, avec un tirage de 800,00 exemplaires (comparativement à 320,000 pour Le Monde et 330,000 pour le Figaro).

Référence : Wikipédia


Liste de tous les faits divers (des plus récents aux plus anciens)

Faits divers No 1
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Faits divers | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Importance de l’Union européenne

29 novembre 2010


 
L’Union européenne (en jaune, ci-dessus) compte 27 pays dont seize ont adopté l’euro comme monnaie unique. En 2009, elle représente 28,38 % du produit intérieur brut (PIB) mondial, ce qui en fait la première puissance économique de la planète. Néanmoins, le PIB par habitant reste inférieur à celui des États-Unis.

En 2008, selon le classement du magazine américain Fortune, parmi les 500 premières entreprises mondiales — classées selon leur chiffre d’affaires — 167 avaient leur siège social dans l’UE (soit 33,4 %), contre 153 aux États-Unis (30,6 %) et 64 au Japon (12,8 %)

Huit pourcent de l’humanité habitent l’UE. La natalité est responsable d’environ 30% de la croissance de la population européenne alors que le solde migratoire — l’immigration moins l’émigration — est responsable du reste.


© 2010 — Carte de Google Maps (modifiée)

Référence :
Wikipédia

Importance de l’Union européenne
1 (20%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La langue française dans le monde

28 novembre 2010

Avec 200 millions de francophones, le français est au neuvième rang des langues les plus parlées au monde. Sur l’Internet, c’est la troisième langue avec 5% des pages, derrière l’anglais (45% des pages) et l’allemand (7% des pages).

Dans 32 pays, le français est la langue ou l’une des langues officielles. La moitié des francophones vivent en Afrique.

Référence : La Revue, 2010;6:107.

La langue française dans le monde
Votre évaluation :

Un commentaire

| Fait divers | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La guerre en Afghanistan : des chiffres

27 novembre 2010

2005 2009 2010
Militaires américains 18 000 57 000 95 000
Personnel civil américain 200 415 1 050
Autres militaires de la coalition 8 000 32 300 41 000
Forces de sécurité afghanes 50 000 170 000 230 000
Nombre approximatif d’insurgés 5 000 25 000 30 000
Nombre approx. d’attaques/semaine 60 80 120
Militaires américains tués 58 86 202
Militaires d’autres nationalités tués 5 70 121
Soldats et policiers afghans tués 200 485 500
Civils tués 300 580 700


Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la lutte contre Al-Qaida a coûté aux États-Unis la somme de 1,112 milliards$, soit 369 milliards en Afghanistan et 744 milliards en Irak (où Al-Qaida n’était pas).

© 2010 — Carte de Google Maps (modifiée)

Références :
Cost of wars
La Revue, 2010;6:18.

La guerre en Afghanistan : des chiffres
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Vente « record » d’armes à l’Arabie Saoudite

26 novembre 2010
© 2010 — Google Maps

De 2001 à 2008, on a livré pour 285 milliards de dollars de matériel militaire à travers le monde.

Les principaux fournisseurs d’armes ont été les États-Unis (35,2%), la Russie (14,9%), la Grande-Bretagne (12,6%), la France (7,3%), l’Allemagne (6,2%), la Chine (3,1%), l’Italie (1,6%), les autres pays européens (10,5%) et le reste du monde (8,4%).

Au cours de cette période, la clientèle des pays en voie de développement a gagné en importance puisque la proportion des armes qui leur sont destinées est passée de 33,1% (2001-2004) à 40,2% (2005-2008) des ventes mondiales.

Parmi les pays en voie de développement, les principaux acheteurs d’armement furent l’Arabie Saoudite (36,7 milliards$), l’Inde (30,8 milliards$), les Émirats arabes unis (15,3 milliards$), la Chine (12,9 milliards$), l’Égypte (12,3 milliards$), le Pakistan (11,8 milliards$), Israël (7,1 milliards$), la Syrie (6,5 milliards$), le Venezuela (5,8 milliards$), et l’Algérie (4,9 milliards$).

Puisqu’il s’agit de données concernant les pays en voie de développement, voilà pourquoi la Grèce — cinquième plus important acheteur d’armes au monde de 2005 à 2009 — ne figure pas dans cette liste. De plus, ces données proviennent du Service de recherche du Congrès américain : or ce dernier fait figurer Israël et les Émirats arabes unis parmi les pays en voie de développement alors que la richesse qui y est produite per capita en 2005 était de 30,464$ pour Israël et de 29,141$ pour les Émirats arabes unis, soit davantage que la moyenne des pays de l’Union européenne (28,165$).

Ces jours-ci, le Congrès américain se prépare à approuver une importante vente d’armement à l’Arabie Saoudite. Il s’agit d’un contrat de 60 milliards$ comportant au moins 35% de retombées économiques pour l’Arabie. Ce contrat a été présenté comme étant la plus importante vente d’armes de l’histoire des États-Unis. Compte tenu des délais de livraison — qui s’échelonneront sur quinze à vingt ans — il s’agit, au contraire, d’un contrat relativement modeste.

En effet, si on va au-delà de la période 2001-2008, on s’aperçoit que de 1987 à 1997, l’Arabie saoudite a dépensé 262 milliards (en dollars de 1997) de dépenses militaires, ce qui a représenté 18% de son produit intérieur brut (alors que les dépenses militaires des États-Unis représentaient 4,6% de son PIB). Se sentant menacée par son voisin envahissant de l’époque (l’Irak), l’Arabie a commandité la première du golfe (1990-1991) à hauteur de plusieurs dizaines de milliards$ ; en d’autres mots, elle a financé l’armement et le coût des opérations des belligérants afin d’assurer sa protection.

En dépit de son budget militaire, l’Arabie Saoudite est probablement incapable de se défendre contre les pays qui représentent une menace pour elle et ce, en raison de sa faible population et de son grand territoire. En effet, il s’agit du 14e plus vaste pays du monde avec une superficie de deux millions de km² dont moins de 2 % des terres y sont cultivables. Officiellement, la population du pays est estimée à 27 millions d’habitants dont 5,5 millions de travailleurs étrangers. Des 22 millions de véritables saoudiens, 38% ont moins de quinze ans et à peu près personne n’a d’expérience de la guerre. En comparaison, l’Iran — un voisin qu’elle juge menaçant aujourd’hui — a une population de 66 millions de personnes.

Références :
Conventional Arms Transfers to Developing Nations, 2001-2008
Liste des pays par PIB (PPA) par habitant
Saudi Arabia
Trends in international arms transfers, 2009
U.S. Arms Clients Profiles — SAUDI ARABIA
US Congress notified over $60bn arms sale to Saudi Arabia
US made money from previous wars

Vente « record » d’armes à l’Arabie Saoudite
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les grandes ambitions

24 novembre 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Lorsque j’étais à l’école primaire, nous recevions occasionnellement la visite de Monsieur l’Inspecteur. Une ou deux fois par année, ce religieux catholique venait vérifier nos connaissances par des questions comme celles-ci :
— Qui peut me dire comment se nomme la capitale du Canada ?
ou
— Quel explorateur français a découvert notre beau pays ?

Mais lors de notre toute première rencontre avec un inspecteur scolaire, celui-ci avait décidé, après les politesses d’usage, de débuter par la question suivante :
— Lorsque vous serez grands, quel métier aimeriez-vous faire dans la vie ?

Le premier élève répondit sans hésiter : — Pompier.

Durant la semaine qui avait précédé la visite de l’inspecteur, un incendie avait ravagé une partie du vieux séminaire de Joliette. En manchette du Joliette Journal et de L’Étoile du Nord (les deux hebdomadaires de la ville), l’événement était sur toutes les lèvres. On ne tarissait pas d’éloges pour nos vaillants pompiers.

Pour nous, petits garçons de première année, les pompiers incarnaient l’aventure, le combat valeureux contre le mal et la destruction, et l’ultime protection de notre ville contre la catastrophe. Que pouvait-on rêver de mieux que de devenir pompier ?

Le deuxième élève répondit lui aussi « pompier », de même que le troisième et environ la moitié de la classe.

Mais arrivé à mon tour, je répondis catégoriquement : — Je veux être pape !

Se tournant vers Soeur Priscillienne (notre institutrice), l’inspecteur lui avait répété à voix basse, les yeux grands ouverts : — Il veut être pape.

Revenant à moi, l’inspecteur m’avait demandé :
— Alors tu aimerais être prêtre, puis évêque, puis cardinal, puis…
— …Non, non. Je veux être pape.

Pape était tellement mieux. Comment pouvait-on se contenter de cette soutane moche de subalterne quand on peut avoir la mitre à trois étages, la bague sertie d’un énorme rubis, la chasuble cousue de fils d’or, la soutane en dentelle blanche, etc. ? Et tous ces gens qui se prosternent devant vous ou qui s’approchent en disant, d’une voix tremblante : — J’aurais une faveur à demander à Votre Monticule…

C’était clair : j’étais né pour la papauté.

Mais finalement, à l’adolescence, quand vint le moment de choisir une carrière, j’optai pour une profession aux perspectives d’emploi plus probables.

Après les grandes ambitions de l’enfance, le temps des compromis était déjà arrivé…

Les grandes ambitions
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Humour | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Un évier, la nuit

23 novembre 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Puisque nous sommes dans un blogue, permettez-moi de vous parler de choses personnelles.

En mars dernier, j’avais fait allusion aux réparations en cours dans ma salle de bain. Évidemment le tout est terminé depuis longtemps.

Récemment, j’ai eu envie de photographier le point de vue qu’on a lorsqu’on est assis dans cette pièce.

Sur cette photo, on a donc un évier « Catania » fait au Québec par les Produits Neptune, surmonté d’un robinet « Rizu » fait en Ontario (m’a-t-on dit) par Delta Faucet.

Le tout a été photographié dans la noirceur, la porte de la salle de bain entr’ouverte et un lampion allumé dans un coin de la baignoire.

La photo a été longuement « trafiquée » sous Photoshop à l’aide de la collection de filtres Adjust de Topaz Labs

Pour plus d’information :
Bains Neptune
Delta Faucet

Détails techniques de la photo : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/20 sec. — F/1,7 — ISO 400 — 20 mm

Un évier, la nuit
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Opium et pavot

22 novembre 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le pavot est une famille de plantes à fleur regroupant plusieurs espèces allant du coquelicot (photo ci-dessus) au pavot somnifère. Ce dernier possède deux variétés : le pavot blanc (surtout utilisé pour l’opium) et le pavot noir (surtout utilisé pour ses graines). Tous deux produisent de l’opium (pouvant contenir 10 à 16% de morphine et environ 3% de codéine).

Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, en 2009, la surface totale des plantations de pavot dans le monde est de 181 000 hectares, produisant 7 754 tonnes d’opium dont 92% proviennent de l’Afghanistan. Plus de la moitié des terres cultivables de ce pays sont utilisées à la production d’opium : celle-ci représente officiellement 60% de l’économie afghane, mais dans les faits, le tiers de l’économie réelle du pays.

Le pavot somnifère est aussi cultivé pour ses graines, généralement noires, qu’on peut se procurer dans n’importe quel supermarché, au rayon des épices. Dans les pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est, elles servent à aromatiser les pains et les pâtisseries. Le pain au pavot est consommé couramment dans les régions slaves et germaniques, notamment en Alsace.

La culture légale du pavot — pour la production de médicaments et pour celle des graines — est l’objet d’importantes mesures de sécurité. Les trois principaux pays producteurs sont la République tchèque (31 000 tonnes de pavot cultivé sur 70 000 hectares, soit 0,9% du territoire), suivie de près par la Turquie, et loin derrière, la France (5 500 tonnes de pavot).

Le pavot tchèque est essentiellement utilisé en boulangerie et en pâtisserie alors que celui de la France est exclusivement destiné à l’industrie pharmaceutique.


Références :
Opium
Pavot
Morillot J. Pavot — Champions, les Tchéques. La Revue 2010; no 6: 22.
Pavot somnifère

Détails techniques de la photo : Olympus OM-D e-m5, objectif Helios 85mm F/1,5 — 1/4000 sec. — F/1,5 — ISO 125 — 85 mm

Opium et pavot
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Fait divers | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Charest, parrain du Parti libéral du Québec

20 novembre 2010

Samedi dernier, à l’ouverture du 9e congrès annuel de l’Action démocratique du Québec (ADQ), le chef Gérard Deltell a reproché au Premier ministre du Québec de se comporter comme le « parrain » de la famille libérale.

Grand promoteur des PPP, le Premier ministre serait-il devenu lui-même un exemple de PPP (Parrain d’un Parti Pourri) ?

Le mardi suivant, André Pratte (l’éditorialiste en chef de La Presse) s’indignait de voir M. Deltell « créer, sournoisement, une association entre M. Charest et le crime organisé.» Apparemment, l’éditorialiste de La Paresse vient de se réveiller ; pour lui le Président de l’ADQ est la première personne au monde à créer une telle association. De toute évidence, l’éditorialiste ne lit pas les journaux. Quel mauvais exemple.

Aujourd’hui, Gil Courtemanche (son homologue du Devoir), ironise sur le même sujet. Dans un éditorial drôle et cinglant qui mérite à lui seul l’achat de l’édition de fin de semaine, M. Courtemanche écrit : « Jean Charest s’est comporté comme un parrain idéal pour sa famille. Il a même engagé (…) Chantal Landry, qui dresse pour le parrain (…) la liste des membres méritants de la famille.»

Pour ceux qui n’ont pas suivi les travaux de la Commission Bastarache, rappelons que Mme Landry est directrice-adjointe du cabinet du premier ministre. Pour le bénéfice du Conseil des ministres, c’est elle qui vérifie l’allégeance politique et les contributions à la caisse de Parti libéral du Québec des personnes à nommer à la magistrature ou aux conseils d’administration des organismes relevant de l’État.

Références :
Charest ne mérite pas ça
Charest se comporte en «parrain», dit Deltell

Note : Photo de M. Charest par le journal Le Devoir.

Charest, parrain du Parti libéral du Québec
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| corruption, Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Escarmouches informatiques

20 novembre 2010


 
États-Unis vs Chine

Selon le rapport de la Commission sino-américaine à la sécurité et l’économie, rendu public au Congrès américain mercredi dernier, pendant 18 minutes en avril 2010, China Telecom (la compagnie d’État chinoise des télécommunications) s’est vu confier l’acheminement de 15% du trafic internet mondial, incluant des courriels de sites du Sénat américain, du ministère de la Défense ou encore de la NASA et des données (certaines hautement sensibles) de l’armée américaine, d’organisations civiles et d’alliés américains.

L’acheminement des données sur l’internet se fait de manière dynamique selon la disponibilité immédiate des grands serveurs du réseau. Contrairement aux manchettes de certains journaux, la Chine n’a donc pas « détourné » ces données vers elle : ses serveurs étaient simplement libres pour accepter à ce moment-là une quantité colossale de données et les acheminer sans congestion.

Mais ces données ont-elles été copiées et enregistrées au passage ? C’est la crainte que nourrissent certains experts peu rassurés par la réponse des autorités américaines à l’effet que les données sensibles voyagent encryptées.

Iran vs États-Unis

Selon le Ministère iranien de l’industrie, trente mille ordinateurs de ce pays sont infectés par Stuxnet, un ver informatique. Cela représente environ 60% de tous les ordinateurs touchés par ce virus à travers le monde. Découvert en juin, celui-ci, recherche dans les ordinateurs qu’il infecte, les systèmes utilisés pour le contrôle de procédés industriels (par exemple ceux qui servent au contrôle des oléoducs, des plates-formes pétrolières, des centrales électriques et d’autres installations industrielles).

La complexité du ver est très inhabituelle. L’attaque nécessite des connaissances en procédés industriels. En déréglant leur fonctionnement, ce ver a pour conséquence d’entrainer la destruction physique des installations touchées.

Le quotidien gouvernemental Iran Daily n’a pas hésité à évoquer une guerre électronique de l’Occident contre l’Iran.

Références :
La Chine accusée d’avoir “détourné” des données sensibles américaines
La Chine a détourné une partie du trafic Internet américain
Le virus informatique Stuxnet continue de toucher l’Iran
Stuxnet

Paru depuis :Snowden: Washington a lancé 231 cyberattaques en 2011 (2013-08-31)

Détails techniques de la photo : 
Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm — 1/20 sec. — F/4,6 — ISO 400 — 22 mm

Escarmouches informatiques
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :