Le maïs transgénique est-il inoffensif ?

3 octobre 2010

Préambule : Des variétés de maïs génétiquement modifiées poussent dans près de la moitié (51%) des champs de maïs québécois. Ce maïs transgénique n’est pas destiné à la consommation humaine, mais plutôt à l’alimentation du bétail et à la fabrication de carburant. Selon Statistique Canada, il s’agit d’un bond de 6 % pour 2006 et de 24 % depuis 3 ans.

Doit-on croire que le maïs transgénique n’est destiné qu’au bétail ? Il serait détourné vers la fabrication d’aliments destinés aux humains que rien n’oblige les producteurs à nous en informer. Qui peut dire si ses croustilles Tostitos sont faites à partir de farine de maïs génétiquement modifié ou non ?

Voilà pourquoi j’ai cessé il y a des années de consommer les aliments à base de farine de maïs.

Pour votre information, voici la traduction d’un article paru en page A2 de l’édition du mercredi 22 septembre 2010 du Shanghai Daily.


 
Le maïs pousse, mais les animaux en arrachent… (par Li Xinran)

C’est bien connu : les rats nuisent aux récoltes.

Mais cela n’est pas vrai là où pousse une variété de maïs développée par une succursale de la compagnie américaine Du Pont, selon les fermiers cités par l’agence chinoise de nouvelles Xinhua. C’est ce que confirme par exemple Liu Min, cultivateur à Zhangqing (situé dans le province de Shanxi), qui ne se rappelle pas d’avoir vu de rat dans ses champs depuis trois ou quatre ans. D’autres fermiers témoignent qu’effectivement, les rats se retrouvent seulement là où l’on entrepose du maïs ordinaire.

Néanmoins, des choses étranges surviennent au bétail dont l’alimentation est basée sur le maïs de marque Pioneer 335 (aussi appelé Xianyu 335) de la compagnie Pioneer Hi-Bred International Inc. Dans un nombre anormalement élevé de cas, les truies et les brebis avortent ou accouchent de prématurés. De plus, les porcs, les moutons et les chiens éprouvent des problèmes rénaux et hépatiques.

C’est dans le province de Shanxi qu’est principalement concentrée la production de maïs en Chine. Mais les souches indigènes y sont de moins en mois cultivées : les cultivateurs les abandonnent au profit du Pioneer 335, qui accroit la productivité des sols et dont la teneur protéique est plus élevée que celle du maïs ordinaire.

Développé en Chine en 2000 et commercialisé surtout depuis 2004, le Pioneer 335 est de plus en plus utilisé dans cette région. Cette année, cette variété de maïs à été ensemencée sur trois millions d’hectares de terre en Chine, soit le dixième de la superficie totale du pays consacrée au maïs.

Pioneer Hi-Bred International Inc nie que sa variété de maïs soit un organisme génétiquement modifié (OGM). Toutefois, selon le brevet publié sur l’Internet par les autorités américaines, une variété souche nommée PH4CV, utilisée dans l’élaboration du Pioneer 335, est un OGM.

Selon un informateur anonyme travaillant pour la compagnie, des anomalies chez l’animal sont plausibles puisque des études ont révélé que des dommages rénaux, hépatiques ou immunitaires peuvent survenir chez les animaux nourris avec des OGM.


Post-scriptum : Au départ, l’intention de Pioneer était sans doute de développer une variété de maïs plus résistante ayant une teneur plus élevée en protéine.

Par inadvertance, a-t-elle mis au point un maïs toxique pour les animaux, et par ricochet, dangereux pour les humains ? C’est ce que suggèrent l’article du Shanghai Daily et les autres journaux donnés en référence (qui se sont probablement tous inspirés d’un même communiqué d’une agence de nouvelles chinoise).

Si cette nouvelle est exacte, on peut s’attendre à ce que cette variété de maïs soit éventuellement interdite en Chine. Toutefois, à cause de la lenteur dont font parfois preuve les autorités sanitaires de ce pays, ce pourrait être lorsque des problèmes de toxicité apparaitront dans la population chinoise.

D’ici là, lorsque vous mangez des aliments à base de farine de maïs, qui peut dire si cette farine vient de Chine et a été faite à partir d’épis de Pioneer 335 ou si cette farine vient du Québec ?

Références :
Companies Accused of Selling Genetically Modified Corn Seeds
Corn thrives, but animals don’t
Foreign seeds cause worries over food safety
La culture du maïs transgénique atteint un sommet au Québec
GM corn blamed for rat disappearance
Pioneer Hi-Bred International
Study Proves Three Monsanto Corn Varieties’ Noxiousness to the Organism

Détails techniques de la photo : 
Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/50 sec. — F/1,7 — ISO 100 — 20 mm

Le maïs transgénique est-il inoffensif ?
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Science | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :