Carnet de voyage à Shanghai — Dix-neuvième jour

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Aujourd’hui, j’ai vraiment l’air étrange. Non seulement suis-je en chemise et cravate, mais en plus, j’écris ce billet dans le métro avec un stylo et du papier. Une Occidentale qui habite cette ville depuis plus d’une décennie m’a dit que je ressemblais à un inspecteur prenant des notes.

Sur la voie publique, tout le monde tape ses textes sur son téléphone portable. Certains hommes se laissent d’ailleurs pousser l’ongle des deux pouces — surtout le droit, qu’ils taillent en pointu arrondi — afin de faciliter la saisie du texte sur l’écran de leur téléphone (voir photo du bas).

Dans les couloirs du métro, une bonne partie des femmes seules marchent la tête baissée, comme des zombies, en consultant leur téléphone portable. Les autres ont cette démarche fière dont j’ai parlé plus tôt.

Les stations de métro sont rarement climatisées : par opposition, les wagons le sont presque toujours. Lors des journées chaudes que nous avons connues les deux premières semaines de mon séjour à Shanghai, il devait faire dix degrés Celcius de moins dans les wagons de métro. Brrrr !

On voit parfois des jeunes couples, assis enlacés, chacun consultant silencieusement son téléphone. J’imagine que s’ils ont quelque chose à se dire, le plus simple, c’est de se le texter.

Il n’est pas rare de voir sur la rue deux filles se tenir par la main ou entrecroiser leur bras. Un jeune homme peut passer le bras autour des épaules de son compagnon. Toutefois, dans ce dernier cas, cette marque d’affection n’est jamais réciproque ; c’est à dire que l’homme ainsi enlacé ne passe jamais le bras à la taille de celui qui lui a mis la main à l’épaule.

Les Shanghaiennes se maquillent peu. Elles s’épilent les sourcils et appliquent du mascara mais c’est tout. Quant au tatouage, il est rare ; sur des milliers de personnes que j’ai vues, seulement quatre portaient des tatouages visibles. Chez les hommes, la coloration capillaire est plus fréquente ici qu’ailleurs en Chine. Presque toujours, elle consiste à se colorer les cheveux brun. J’ai vu un gars avec les cheveux noirs et quelques mèches rouges.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm
Photo du haut : 1/30 sec. — F/3,5 — ISO 200 — 14 mm
Photo du bas : 1/200 sec. — F/3,5 — ISO 100 — 14 mm


Suite : Carnet de voyage à Shanghai — Dernier jour

Carnet de voyage à Shanghai — Dix-neuvième jour
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :