Carnet de voyage à Shanghai — Quatorzième jour

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ce matin, en marchant sur le trottoir le long de la rue Yan’an, un motocycliste a klaxonné juste comme il passait à côté de moi. Le volume sonore de son klaxon était tellement fort — certainement plus de 150 décibels — que j’en ai eu mal à l’oreille droite pendant un bon dix minutes.

Je me rendais au métro pour aller au Parc du centenaire. C’est le parc le plus vaste de Shanghai. La partie sud-est est un parc à l’anglaise qui a la forme d’un blason de 1,8 km par 0,8 km. Il est plutôt plat et est bordé de tours résidentielles dont certaines ressemblent à des extra-terrestres (photo du haut). La partie nord-ouest du parc, appelée Place du Centenaire, est plus symétrique. C’est une version moderne du jardin à la française, d’environ un km carré. Dans l’ensemble, les arbres y sont encore trop jeunes, ce qui a pour conséquence qu’on y marche trop souvent au gros soleil. J’ai toutefois apprécié la Fontaine magique (une fontaine synchronisée au son de pièces instrumentales de musique classique) : je me suis promené entre les jets verticaux d’eau, ce qui a eu le résultat voulu de me mouiller de la tête aux pieds.

Je n’ai pas eu à décider combien de temps je devrais passer au Musée des sciences et des technologies : c’est fermé le lundi.

Puis, j’ai parcouru l’avenue du Centenaire. C’est le boulevard le plus large et le plus long de Shanghai (il fait 4 km de long). Par moment, ses trottoirs ont 20 mètres de large. Son côté Est est jalonné d’une série de jardins allongés, entourés d’un muret d’environ trois mètres (photo du centre). Ce sont de petits oasis de tranquillité relative (je dis relative puisqu’on ne peut échapper totalement au bruit des klaxons).

Partout dans ce quartier, on voit des tours à bureaux et des tours résidentielles (photo du bas) et, à l’occasion, des maisons de quelques étages seulement. Peu de ce qui s’y trouvait avant que Pudong ne devienne une zone économique spéciale, a échappé aux pics des démolisseurs.

De manière générale, Pudong a été conçu à l’époque où on croyait que l’avenir, c’était l’automobile. On y marche donc pour rien. Ce soir, en me rendant à la tour Jinmao, j’ai dû faire un détour équivalent à trois quadrilatères, des barrières et l’absence de voie réservée aux piétons nous empêchant de traverser ce boulevard, une fois rendu au niveau de ce gratte-ciel.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm
1re photo : 1/320 sec. — F/8,0 — ISO 100 — 39 mm
2e photo  : 1/125 sec. — F5,1 — ISO 100 — 28 mm
3e photo  : 1/400 sec. — F/6,3 — ISO 100 — 14 mm


Suite : Carnet de voyage à Shanghai — Quinzième jour

Carnet de voyage à Shanghai — Quatorzième jour
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :