Carnet de voyage à Shanghai — Dixième jour

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En prévision d’une représentation de l’Or du Rhin, de Wagner, donnée par l’Opéra de Cologne au Grand Théâtre de Shanghai, je suis revenu à mon hôtel vers 14h afin d’y faire la sieste. C’est donc une petite journée.

Permettez-moi de vous parler de la ville et de ses habitants.

Shanghai est une ville bruyante. Avec l’automobile, les Shanghaiens ont découvert un nouvel instrument de musique appelé klaxon, capable à lui seul de jouer le cinquième de la gamme pentatonique chinoise. Oubliez le Chinois raffiné, soucieux de ne pas heurter la sensibilité des autres. Comme Dr. Jerkyll et Mr. Hyde, il y a un autre Shanghaien et c’est celui au volant. Dès qu’il démarre son auto, ses ongles allongent, ses crocs s’aiguisent, son visage se couvre de poils.

Alors on klaxonne quand on arrive à un bouchon de circulation. On klaxonne pour signaler à un piéton qu’on s’approche de lui. On klaxonne pour avoir priorité et tourner à droite. On klaxonne pour s’assurer que son klaxon fonctionne bien. Etc. Vous comprenez maintenant pourquoi je tenais tant à avoir une chambre du côté jardin et non du côté rue lorsque j’ai fait ma réservation à l’hôtel.

Shanghai est une ville très sécuritaire. Lorsqu’une ville ne l’est pas, le premier signe est que les femmes n’osent plus s’y aventurer le soir. Ce n’est pas le cas à Shanghai. On y voit des femmes (respectables, dois-je le préciser) à toute heure du jour et de la nuit.

De plus, les crimes commis contre les étrangers sont punis beaucoup plus sévèrement que ceux commis contre des Chinois; conséquemment, vous pouvez imaginer à quel point je m’y sens à l’aise. Je n’hésite pas à m’aventurer dans des petites ruelles hors des circuits touristiques. Évidemment, je le fais de manière respectueuse. Par exemple, ce matin, une femme se brossait les dents au dessus de l’évier extérieur devant sa maison : c’est le genre de chose que j’évite de prendre en photo. Je n’aimerais pas qu’un étranger vole mon intimité si j’étais dans sa situation.

Les femmes shanghaiennes sont plutôt élégantes. Alors que dans les quartiers pauvres de la ville, les hommes âgés sont par temps chaud en boxer et en camisole sans manche, leurs épouses sont souvent en pyjama dans les ruelles et les parcs. C’est une mode récente que le gouvernement chinois a tenté de faire disparaitre en prévision de l’Expo, sans grand succès.

Selon l’occupation et le milieu social, les femmes s’habillent comme chez nous, à l’exception que le style gothique ou gore (perçage, tatouage, chaines et pointus de métal) n’existe pas ici. En fait, je dirais que l’élégance des femmes montréalaises est simplement un peu plus généralisée ici. Leur démarche est fière et assurée.

Lorsqu’il fait chaud, il est étonnant de voir autant de personnes qui font la sieste publiquement. Lors de mon premier voyage en Chine, j’avais été surpris par le nombre de personnes qui jouaient à des jeux de société (cartes, dames chinoises, etc.) lorsqu’ils n’ont rien à faire. C’est un peu moins vrai à Shanghai alors que le téléphone portable occupe les gens dans le métro et aussi au concert.

Ce soir à l’opéra, il y avait beaucoup de jeunes dans la section économique où je me trouvais. Mon voisin de gauche et ma voisine de droite (tous deux dans la vingtaine) ont plusieurs fois vérifié s’ils avaient reçus de nouveaux messages sur leur téléphone portable. Mon voisin de gauche a même tapé et expédié un message alors que les chanteurs s’époumonaient sur la scène.

Ce matin, j’ai réalisé une promesse faite la veille à un jeune Shanghaien travaillant à La Mer Café. J’avais promis de lui apporter les photos de mon premier voyage en Chine. Je lui ai laissé le DVD mais avant de le quitter, nous avons regardé ensemble ma vidéo préférée (celle au sujet de la rivière Li). J’ai été surpris de voir qu’il ignorait les conditions de vie très dures des gens qui habitent cette région, en particulier le fait qu’ils vivaient dans des maisons à peu près pas chauffées.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm
1re photo : 1/40 sec. — F/5,2 — ISO 160 — 29 mm
2e photo  : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 45 mm


Suite : Carnet de voyage à Shanghai — Onzième jour

Carnet de voyage à Shanghai — Dixième jour
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :