L’aménagement du territoire chinois

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pour nourrir une population sans cesse croissante, la Chine mise d’avantage sur les cultures que l’élevage. Tout ce qui est cultivable y est cultivé.

Dans la photo ci-dessus, on aurait pu croire les rives du Yangzi propices au pâturage. Sans doute. Mais la Chine a choisi de faire autrement.

En Occident, la laine, le cuir, la viande, les graisses et les produits laitiers proviennent de l’élevage. En Chine, le lait de soya remplace le lait, les fromages sont extrêmement rares et, de manière générale, le règne végétal fournit les fibres, les lipides et les protéines; près de 90% de l’apport calorique provient des céréales — millet, orge et blé au nord du pays : riz au sud.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Mais l’aménagement du territoire, si savant et si minutieux, date d’avant l’ère industrielle. Si bien que l’agriculture chinoise, peu mécanisée, repose encore aujourd’hui sur une main-d’œuvre abondante et bon marché.

Détails techniques : 
Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm
Photo du haut : 1/200 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 14 mm
Photo du bas   : 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 100 — 39 mm

Cliquez ici pour voir le diaporama duquel ces photos sont extraites.

L’aménagement du territoire chinois
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :