Le menu visuel

31 juillet 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À l’aéroport Hongqiao de Shanghai, la vitrine de ce restaurant présentait un menu visuel destiné à faciliter la tâche du client étranger… ou analphabète.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm — 1/30 sec. — F/4,8 — ISO 160 — 24 mm

Cliquez ici pour voir le diaporama duquel cette photo est extraite.

Le menu visuel
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Nourriture, Photos de Chine — 中国, Photos de Shanghai — 上海, Photos de voyage | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le jeune dissident…

30 juillet 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45mm — 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 100 — 37 mm

Cliquez ici pour voir le diaporama duquel cette photo est extraite.

Le jeune dissident…
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de Chongqing — 重庆, Photos de voyage | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Corazon de Angeles

28 juillet 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À la clôture du festival Juste pour rire 2010, la troupe Théâtre Tol (de Belgique) présentait quelques extraits de son spectacle « Corazon de Angeles ». Dans cette photo, j’aime bien l’ombre des ballerines aériennes qui se dessine sur ce pavillon de l’UQUÀM (Université du Québec à Montréal).

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/30 sec. — F/1,7 — ISO 100 — 20 mm

Cliquez ici pour voir le vidéo duquel cette photo est extraite.

Corazon de Angeles
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La princesse et les photographes

28 juillet 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À l’aide d’un bâton lumineux — comme ceux dont se servent les réparateurs de voirie, la nuit — un artisan du spectacle, à gauche (hors champ), ouvrait la voie aux échassières dans la foule.

Imaginez que j’aie eu recours à un flash puissant. Le résultat aurait pu être intéressant : toutefois, cette photo-là ne serait pas un reflet fidèle de ce que les participants voyaient ce soir là.

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/100 sec. — F/1,7 — ISO 100 — 20 mm

Cliquez ici pour voir la vidéo de laquelle cette photo est extraite.

La princesse et les photographes
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Cendrillon

28 juillet 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’été, Montréal est la capitale des Plaisirs. En effet, selon l’éditeur de guides touristiques Lonely Planet, notre ville est le deuxième lieu le plus enjoué au monde.

La suite presque continue de festivals estivaux y est sans doute pour quelque chose.

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/120 sec. — F/1,7 — ISO 100 — 20 mm

Cliquez ici pour voir la vidéo de laquelle cette photo est extraite.

Cendrillon
Votre évaluation :

2 commentaires

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Guangzhou (Canton)

27 juillet 2010

 

 
À 7h40, notre avion décolle pour parcourir les 723 km qui séparent Guilin de Guangzhou (connue aussi sous le nom de Canton). Celle-ci est la troisième ville la plus peuplée du pays, avec ses 6,5 millions d’habitants (dix millions dans la zone métropolitaine).

Au programme de la journée, une seule activité est prévue : la visite du Temple des ancêtres de la famille Chen.

Il s’agit d’un édifice en briques grises bâti en 1894 et dont la structure est en métal. Des sculptures en brique sont encastrées dans ses murs extérieurs. L’arête des toits est décorée de sculptures en calcaire qu’on s’affairait à peindre de couleurs vives au moment de notre visite. Par endroits, ces sculptures sont surplombées de miniatures en céramique.

Le temple servait de lieu de rassemblement aux Chen de cette province (Jiangsu) venus pour honorer et vénérer leurs ancêtres. Il servait aussi de résidence temporaire pour les descendants de cette grande famille de passage à Guangzhou pour diverses raisons. C’est un des rares lieux de culte épargnés lors de la révolution culturelle.

Le temple est doté d’un petit musée et d’une boutique d’artisanat. Dans cette dernière, un artiste créait, sur place, des œuvres à l’encre de Chine en n’utilisant que ses mains (c’est-à-dire sans pinceau).

Les deux œuvres que j’y ai achetés (le paysage à l’encre et l’aquarelle aux fleurs orangées) m’ont coûté la somme pharaonique… de 30$ (environ 22 euros). Le premier mesure 32 cm, alors que le rouleau de l’aquarelle fait 92 cm de hauteur.

Nous prenons ensuite le repas du midi dans un restaurant dont on voit, dans la vidéo, deux exemples de nourriture vivante disponible. Puis nous aménageons à l’hôtel White Swan dont je visite la galerie marchande, consacrée à la vente d’objets de luxe.

Le reste de l’après-midi étant libre, j’explore les environs de l’hôtel. Je croise alors des commerces de marchandise en vrac et je termine mon excursion au port de Guangzhou.

Ce port est la source d’approvisionnement des restaurants en poissons, crustacés et fruits de mer vivants. Les arrivages sont partagés d’abord entre différents grossistes équipés sur place d’aquariums. Puis ces derniers fournissent aux restaurateurs ce dont ils ont besoin pour offrir à leur clientèle des produits de la mer ultra-frais.

En effet, dans certains restaurants (comme celui dans lequel nous avons mangé plus tôt), le client peut choisir lui-même le poisson ou le crustacé qui lui sera apprêté et servi quelques minutes plus tard.

Dans les villes relativement près de la mer comme Guangzhou, les aquariums de restaurants regorgent de poissons frais, alors que dans les villes situées loin des côtes, cette pratique est moins courante et il n’est pas rare de voir des poissons morts parmi ceux offerts.

La vidéo se termine par des images nocturnes de la rivière des Perles (qui traverse Guangzhou) vue de ma fenêtre.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Guangzhou (Canton)
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de Guangzhou — 广州, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Fin du festival Juste pour rire

26 juillet 2010

 

 
Hier, c’était le dernier jour du festival Juste pour rire. Je suis arrivé sur les lieux vers 21h30.

Le temps de me promener un peu, de prendre quelques photos et c’était déjà l’heure du spectacle de clôture.

Il s’agissait d’un pot-pourri d’extraits de quelques unes des performances offertes au cours du festival.

Et comme j’y suis allé avec un appareil-photo, voici donc ma soirée résumée dans ce diaporama de moins de deux minutes.

Détails techniques de la vidéo : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7

Fin du festival Juste pour rire
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada, Vidéos | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Amuseurs publics au festival Juste pour rire

20 juillet 2010

Dimanche dernier, j’ai pris le repas du soir sur le site du festival Juste pour rire, qui se tient cette année du 2 au 25 juillet. Du haut de ses échasses, cette tigresse menaçait de son fouet — gentiment, dois-je préciser — toute personne un peu trop éblouie par ses charmes.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au plein milieu de mon repas, on annonçait le spectacle de l’Homme-canon. David « The Bullet » Smith est détenteur du record Guinness du plus haut vol à coup de canon. Au festival, ce dernier se propulse à plus de 50 mètres de distance dans les airs!

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

De ma table au restaurant, voici une vidéo — maladroite, je m’en excuse — de sa performance :
 

 
Détails techniques : 
Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7
Photo du haut : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 100 — 20 mm
Photo du bas   : 
1/50 sec. — F/1,7 — ISO 100 — 20 mm

Amuseurs publics au festival Juste pour rire
Votre évaluation :

Un commentaire

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada, Vidéos | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’Avare au Monument-National

18 juillet 2010

Dans le cadre du festival Juste pour rire, on présente cette année l’Avare de Molière jusqu’au 31 juillet 2010.

Cette production possède la particularité de n’être éclairée que par des bougies. Des centaines de bougies. Pour le spectateur, jamais cela n’est ressenti comme une lacune tant on a pris soin de tirer parti de ce choix artistique : mise en scène frontale, maquillage pâle (donc réfléchissant), etc. Par moments, des comédiens vont jusqu’à jouer étendus sur la scène, le visage près des chandelles, une audace que même Benjamin Lazar — dans sa production éblouissante du Bourgeois gentilhomme, disponible sur DVD zone 2 — n’avait osée.

L’unique décor de la pièce, est simple; un escalier monumental, une table servant aussi de porte, et des lustres. Au lieu des décors métalliques du Bourgeois gentilhomme, l’arrière-fond est noir et mat. En somme, rien qui puisse nous distraire du génie littéraire de Molière.

La mise en scène de Serge Postigo est irréprochable. Par exemple, dans cette pièce (comme dans beaucoup d’autres), souvent les personnages pensent tout haut en s’adressant à l’assistance. Au lieu de gommer cette convention théâtrale, Postigo la souligne par un artifice (que je ne dévoilerai pas) qui la transforme en running gag.

Les défauts? Il y en a deux. L’Avare, incarné par Luc Guérin est toujours drôle mais jamais attachant. Lorsqu’on lui vole sa cassette — qui renferme toute sa fortune — il s’agit d’une occasion unique de faire ressentir le côté pathétique de cet homme dépossédé de tout.

De plus, une scène qui mériterait plus de soin est celle où la marieuse tente de soutirer un peu d’argent à l’avare. À la représentation à laquelle j’ai assisté, cette scène manquait de contraste.

Mais tout cela ne compte que pour moins de 5% de la pièce. Le reste est du bonbon.

Je n’essaierai pas de dresser la liste des comédiens qui méritent mes éloges; ils sont trop nombreux. D’abord, je serais injuste de passer sous silence la performance magistrale de Luc Guérin (malgré mon reproche ci-dessus). De plus, j’avoue avoir grandement apprécié le jeu de Bruno Marcil (le fils de l’avare), probablement le meilleur Cléante que j’ai vu à ce jour.

À moins d’être sourd et aveugle, il est impossible de ne pas rire au cours de cette production inventive où tous les acteurs réussissent à nous faire oublier du début à la fin, nos tracas et nos petits soucis. Chaudement recommandé.

L’Avare au Monument-National
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Théâtre | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Guilin

17 juillet 2010

 

 
La journée débute par notre transport de Yangshuo à Guilin, ville d’environ 600,000 habitants située en bordure de la rivière Li. Une des attractions touristiques les plus célèbres de Guilin est la Colline de la trompe d’éléphant.

Cette colline rocheuse tire son nom de sa silhouette. À l’une de ses extrémités, elle est percée d’une ouverture dont le diamètre fait une dizaine de mètres et qui dessine la trompe de l’éléphant se désaltérant dans la rivière. Située à son sommet, la Pagode de Puxian en briques rouges devient, avec un peu d’imagination, un poignard enfoncé dans le dos de l’animal.

Dans le parc qui donne accès à la colline, devant les boutiques de souvenirs, des femmes de la minorité Miao posent en costume d’apparat pendant qu’on offre aux visiteurs la possibilité de se faire photographier sur le radeau d’un pêcheur au cormoran.

Après un repas du midi au cours duquel chaque plat était décoré de manière exquise, c’est la visite d’une manufacture de perles d’eau salée qui se termine par une parade de mode où l’élégance naturelle des modèles est soulignée par les bijoux qu’elles portent.

Les montagnes de la région sont composées d’une pierre calcaire sujette à l’érosion. Au travers de ce roc friable, des infiltrations d’eau ont creusé des cavernes. L’une des plus belles de toute la Chine est la Grotte de la flûte de roseau.

Située à environ huit kilomètres de Guilin, cette grotte a été explorée la première fois sous la dynastie Tang (618-907) et devint un lieu touristique pendant des siècles. Toutefois, elle passa de mode et sombra dans l’oubli au début du vingtième siècle. Utilisée comme abri anti-aérien durant la guerre sino-japonaise par les paysans qui en avaient conservé le secret, elle fut redécouverte en 1959. Après trois ans des travaux d’aménagement, elle fut rouverte au public en 1962.

Longue de 500 mètres, cette caverne est un véritable labyrinthe de stalagmites et de stalactites aux formes extraordinaires, mises en valeur par des néons de couleur. Une bonne partie de la vidéo est consacrée à sa visite.

La journée se termine par une promenade dans Guilin (écourtée par la pluie) et le repas du soir à notre hôtel, le Guilin Royal Garden.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Guilin
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de Guilin — 桂林, Vidéos | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :