Chine — Deuxième journée à Beijing

 

 
Il y a cinq ans, dans les rues de Beijing, on voyait surtout des vélos : de nos jours, ce sont surtout des autos. Piétons, cyclistes et automobilistes ne semblent pas toujours savoir à qui servent les décorations lumineuses aux coins des rues — ce que nous appelons des feux de circulation. Dans cette vidéo, vous remarquerez ce cycliste qui s’arrête au milieu de l’intersection pour admirer… on ne sait trop quoi.

Malgré cette anarchie apparente, il y a très peu d’accident à Beijing, sans doute parce que la vitesse moyenne n’est que de vingt km à l’heure (sauf sur les autoroutes).

Notre première escale de la journée est dans une manufacture de cloisonné. Le cloisonné est une technique qui consiste à créer des cloisons à l’aide de minces bandelettes métalliques soudées sur un support, souvent métallique lui aussi. Ces cloisons sont ensuite remplies d’un émail transparent dans lequel sont suspendues des fragments de pierres précieuses, d’émaux ou de verre coloré. Le tout est cuit au four et poli à la pierre ponce sous filet d’eau.

Nous prenons de nouveau l’autobus en direction de la Grande muraille, dont un segment passe à quelques dizaines de kilomètres de Beijing. À partir de l’endroit où on nous débarque, jusqu’au sommet de la muraille, il y a une dénivellation de 0,8km. Y parvenir est donc l’équivalent de grimper une échelle de 0,8 km de haut.

Évidemment, voilà de quoi creuser l’appétit. Le repas du midi fut pris dans un magasin-restaurant. Puis nous reprenons la route vers la capitale, toujours voilée de smog. Nous y faisons l’expérience des cyclo-pousse : ceux-ci nous amènent dans un Hutong. Il s’agit d’une maison traditionnelle de cette ville, composée d’un mur délimitant un rectangle à l’intérieur duquel sont adossés des pavillons : chambre des parents, celle des grands-parents, la cuisine et l’atelier de travail, par exemple. Conçu pour héberger quelques personnes, le hutong perd un peu de son attrait lorsque envahi par une meute de touristes.

Au repas du soir, nous goûtons à une spécialité recherchée; le canard laqué de Pékin. Pour terminer, retour à l’hôtel.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Deuxième journée à Beijing
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :