Le français en péril — Premier de trois volets

24 juin 2010

Le jugement de la Cour suprême du Canada au sujet des écoles passerelles

Comme beaucoup de Québécois, j’ai toujours pensé que les francophones d’ici envoyaient leurs enfants à l’école française, que les néoQuébécois devaient faire de même en vertu de la Loi 101, mais que les Anglophones avaient un droit constitutionnel à l’école anglaise. Pour moi, tout cela était parfaitement normal.

L’automne dernier, j’apprends que la Cour suprême du Canada a reconnu qu’il suffisait à un parent néoquébécois d’envoyer un de ses enfants pendant quelques semaines ou quelques mois dans une école anglaise privée non-subventionnée (appelée « école passerelle »), pour que cet enfant — de même que ses frères, ses sœurs et leurs descendants — ait le droit à l’école publique anglaise. Évidemment je suis stupéfait mais je ne m’inquiète pas outre mesure puisque le gouvernement du Québec a promis de corriger la situation.

Toutefois, à la suite de l’annonce du projet de loi 103 — le correctif attendu, qui m’a mis hors de moi — j’ai voulu comprendre par quel raisonnement la Cour suprême du Canada avait bien pu en venir à légaliser les écoles passerelles. Je me suis donc imposé la tâche de lire ce jugement de 36 pages et, tant qu’à y être, la Charte canadienne des droits et libertés.

Dans le deuxième volet de cette série, je vous parlerai de la Charte des droits, mais pour l’instant permettez-moi de vous résumer le jugement de la Cour suprême au sujet des écoles passerelles.

Initialement, je me demandais comment les avocats mandatés par le gouvernement québécois avaient bien pu perdre cette cause. Pour ne rien vous cacher, l’idée que le gouvernement libéral de Jean Charest ait pu « s’arranger » pour perdre cette cause m’a même traversée l’esprit.

Mes soupçons étaient non fondés. Même si le gouvernement avait embauché des avocats particulièrement incompétents, la liste des intervenants dans cette cause est tellement longue que si les avocats du Québec avaient oublié d’invoquer des arguments importants, d’autres avocats se seraient chargés de le faire.

Rappelons les faits. En 1969, le gouvernement québécois de l’Union nationale (un parti politique aujourd’hui disparu) adopte une loi qui laissait aux parents le libre choix de la langue d’enseignement de leurs enfants. Puisque les néoQuébécois jugeaient (et jugent toujours) que la langue anglaise offre de meilleures chances de réussite pour leurs enfants que le français, ils choisirent massivement l’école publique anglaise. Les Québécois francophones s’étant rendu compte que cela signifiait à long terme leur disparition en tant que groupe majoritaire au Québec, cette loi donna lieu à d’importants conflits interculturels. En particulier, dans le quartier de Saint-Léonard de Montréal — où beaucoup de néoQuébécois d’origine italienne s’étaient installés — on se battait à coups de poing et à coups de bâton entre francophones et allophones lors d’assemblées scolaires.

Dans le but de calmer les esprits, en 1974, le gouvernement québécois du Parti libéral adopte une nouvelle loi qui restreignait l’accès à l’école anglaise aux enfants capables de réussir des tests linguistiques administrés par la province, démontrant ainsi une connaissance suffisante de cette langue. Nouvelle flambée de contestation.

En 1977, le gouvernement du Parti québécois adopte la Loi 101 qui limitait (sauf quelques exceptions) le droit à l’école anglaise aux familles faisant déjà partie de la minorité anglophone du Québec. Même si celle-ci a toujours détesté cette loi, une bonne partie d’entre elle a finit par l’accepter considérant que cette loi assurait la paix sociale au Québec; les Québécois anglophones pouvaient vivre parmi les Québécois francophones sans les injures et l’animosité qui ont caractérisées les rapports interculturels des années 1970, et sans la violence d’extrémistes — nommément le FLQ — des années 1960.

Toutefois, le Premier ministre canadien Pierre-Elliott Trudeau était aussi un adversaire farouche de la Loi 101. Et à son initiative, le Canada s’est engagé dans une révision constitutionnelle qui devait aboutir en 1982 à une nouvelle constitution (incluant une Charte des droits et libertés) qui fut adoptée malgré le refus du Québec de signer l’entente constitutionnelle intervenue au Canada anglais.

Depuis, la Constitution canadienne est utilisée régulièrement pour invalider des articles de la Loi 101. La dernière de ces contestations juridiques concerne les écoles passerelles.

La Loi 101 exige que la majeure partie de l’enseignement reçue au Canada par un enfant né de parents néoquébécois ait été en anglais pour que cet enfant ait droit à l’école publique anglaise. Dans son jugement, la Cour suprême estime que cette exigence est contraire à un article de la Constitution mais pas au point d’être carrément anticonstitutionnelle si (et seulement si) le Québec fait preuve de prudence dans son application. En particulier, la Cour suprême déclare qu’il est anticonstitutionnel de refuser de prendre en considération le temps passé à étudier dans une école passerelle lorsqu’il s’agit de déterminer si un enfant a droit à l’école publique anglaise.

À ce sujet, la Cour déclare : « …un court passage dans une école de la minorité ne témoigne pas d’un engagement réel et ne peut suffire, à lui seul, à obtenir le statut d’ayant droit à la Charte canadienne ». Voilà qui est clair. Toutefois le Québec est invité par la Cour à procéder à une « évaluation globale du cheminement de l’enfant, effectuée d’un point de vue qualitatif, reposant sur un ensemble de facteurs, d’importance variable selon les faits propres à chaque cas ». Que faut-il comprendre de ce charabia ?

Doit-on tenir compte non seulement du temps passé en classe, mais aussi de la langue parlée à la maison, celle des lectures (journaux, magazines, livres, sites web), celle des émissions de télévision ou des films regardés, et celle de la musique écoutée ? Le gouvernement doit-il créer une Gestapo de la langue qui épiera les habitudes de vie de certains citoyens pour juger de leur engagement réel à faire partie de la minorité anglaise ou devra-t-il se contenter de leur témoignage à ce sujet ?

Le jugement sur les écoles passerelles est muet là-dessus et c’est pourquoi je l’ai trouvé d’une imbécilité abyssale. Le mot « cheminement » est utilisé cinq fois dans ce jugement : à quatre reprises, le qualificatif « scolaire » est précisé alors que dans la citation ci-dessus, il ne l’est pas. On peut présumer qu’il s’agit d’un oubli. Mais il ne s’agit là que d’une présomption.

Pour en avoir le cœur net, il faut prendre connaissance d’un autre jugement de la Cour suprême, rendu en 2005 — que j’appellerai « Affaire Solski » — et auquel le jugement sur les écoles passerelles fait référence plus de trente fois. C’est de l’affaire Solski dont nous parlerons dans le deuxième volet de cette série.

Référence :
Jugement de la Cour suprême du Canada concernant les écoles passerelles


Pour consulter les trois volets de la série « Le français en péril », veuillez cliquer sur ceci

Le français en péril — Premier de trois volets
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le français en péril — Deuxième de trois volets

24 juin 2010

L’affaire Solski ou la clé nécessaire à la compréhension des droits linguistiques

Le jugement relatif aux écoles passerelles (dont nous avons traité dans le premier volet de cette série) est un jugement secondaire. Son impact vient qu’il fait réaliser la portée catastrophique d’un jugement antérieur, rendu en 2005 par la Cour suprême, et qui est le sujet de ce second volet.

Le jugement relatif à l’affaire Solski est une magistrale leçon d’interprétation des dispositions de la Constitution canadienne relatifs aux droits linguistiques. Par opposition, le jugement relatif aux écoles passerelles ne fait que mettre les points sur les « i ». L’impact de ce dernier jugement vient du fait qu’il est un réveil brutal pour ceux, comme moi, qui n’avaient pas suivi cette affaire.

De plus, la rédaction du jugement relatif aux écoles passerelles a été de toute évidence bâclée alors que dans l’affaire Solski, il est clair que la version originale du jugement a été écrite en français par quelqu’un brillant, parfaitement au courant du caractère explosif de la question linguistique au Québec. À la lecture du document, on sent que là où l’auteur ne dit pas les choses clairement, cela est voulu afin de ne pas heurter ses lecteurs.

Mais venons-en aux faits. Les droits linguistiques de la Constitution canadienne sont définis à l’article 23 de la Charte canadienne des droits et des libertés. Cet article compte trois paragraphes qui ne font pas de distinction entre francophones, anglophones et allophones : ils donnent les mêmes droits à tous les citoyens canadiens, de même qu’aux personnes officiellement admises au pays.

Dès qu’on habite légalement au Canada, on jouit de tous les droits linguistiques accordés par la Constitution. C’est donc une erreur de croire, comme je l’ai cru, que la Constitution de 1982 ne protège au Québec que les droits de la minorité anglophone historique (les Angloquébécois « de souche »).

Le premier paragraphe de l’article 23

La première moitié de ce paragraphe ne s’applique pas au Québec puisque notre province n’a jamais signé la Constitution canadienne.

Mais le reste de l’article 23, lui, s’applique au Québec. Il y est écrit que dès qu’on a été éduqué en français ou en anglais au primaire n’importe où au Canada, on a le droit de faire éduquer ses enfants dans cette langue partout au pays.

Ceci a pour but de favoriser la liberté de circulation et d’établissement de la main d’œuvre partout au pays. S’il suffisait de changer de province pour perdre ses droits linguistiques, beaucoup de parents hésiteraient de déménager ailleurs au Canada.

Le deuxième paragraphe de l’article 23, nœud du problème

Il y est dit que dès qu’un enfant a reçu ou reçoit son instruction (au niveau primaire ou secondaire) dans une des deux langues officielles du pays, tous ses frères et sœurs acquièrent le droit à l’instruction gratuite dans cette langue.

Dans le jugement relatif aux écoles passerelles, la Cour rappelle que ce paragraphe ne fait pas de distinction entre l’instruction reçue dans une école publique ou privée, subventionnée ou non. Donc celle reçue dans les écoles passerelles suffit.

L’article 73 de la Loi 101 est presque identique au deuxième paragraphe de l’article 23 de la Charte. La différence fondamentale est que le texte de loi québécois précise que pour pouvoir avoir droit à l’école anglaise (et obtenir ce droit pour ses frères et sœurs), l’élève doit avoir reçu la majeure partie de son enseignement primaire ou secondaire en anglais au Québec.

C’est une différence fondamentale puisque le texte de la Constitution suggère plutôt que dès qu’un élève met les pieds dans une école anglaise au Québec, il a le droit d’y être.

Plutôt que de déclarer anticonstitutionnelle cette précision de la Loi 101, la Cour a habilement préféré la déclarée valide, mais à la condition de la vider de son sens.

« Le cheminement scolaire antérieur et actuel est le meilleur indice d’engagement authentique à cheminer dans la langue d’enseignement de la minorité. L’évaluation qualitative permet de déterminer si l’enfant a reçu une partie importante — sans qu’il s’agisse nécessairement de la plus grande partie — de son instruction, considérée globalement, dans la langue de la minorité. »

En somme, ce qui est important, c’est ce que la Cour appelle l’engagement authentique : le nombre d’heures, de semaines ou d’années est secondaire.

Mais que veut-on dire par engagement ? L’engagement est plus qu’un choix basé sur un caprice, et même plus qu’un choix réfléchi. Je m’engage à poser un geste : je ne l’ai pas encore posé mais je vous promets de le faire. C’est un engagement. On voit donc que c’est peu.

Quant au cheminement scolaire, se planter au début d’un chemin n’est rien : mais dès qu’on a fait quelques pas, c’est déjà un cheminement.

Donc pour la Cour, ce peu est suffisant. Pourquoi ? Parce que fondamental. Et il est fondamental parce que la Constitution consacre la liberté du citoyen de s’assimiler au groupe linguistique de son choix. Dès qu’on réalise cela, les jugements de la Cour suprême deviennent limpides et parfaitement cohérents.

Jugez-en par vous-mêmes. « …la Charte canadienne ne précise pas de période minimale que l’enfant devrait passer dans un programme d’enseignement dans la langue de la minorité pour que son cheminement scolaire satisfasse aux exigences de ce paragraphe. Il n’exige pas non plus que l’enfant ait passé plus de temps dans le programme d’enseignement de la minorité que dans celui de la majorité. »

Donc, le projet de loi 103 du gouvernement Charest — qui vise à obliger l’élève de parents allophones à passer au moins trois ans dans un établissement privé anglais non subventionné pour pouvoir accéder au réseau public anglophone — est condamné d’avance à être invalidé par le Cour suprême.

Au sujet de l’évaluation que pourraient faire les tribunaux administratifs du Québec face à une demande d’aller à l’école publique anglaise, la Cour suprême écrit que ces tribunaux « doivent déterminer si (…) l’admission de (l’élève) cadre avec (…) la nécessité de protéger et de renforcer la communauté linguistique minoritaire ».

En d’autres mots, puisque le Québec a l’obligation constitutionnelle de favoriser l’épanouissement de sa minorité linguistique, les tribunaux administratifs ont l’obligation constitutionnelle d’autoriser toute demande d’admission à l’école publique anglaise dès que l’élève a posé des gestes évidents en vue de son assimilation à cette langue.

La Cour écrit : « L’interprétation mathématique restrictive (du parcours scolaire) manque de souplesse et peut même avoir pour effet d’empêcher un enfant de recevoir un enseignement essentiel au maintien de son lien avec la communauté et la culture minoritaires. »

Les néoQuébécois ont le droit constitutionnel de choisir de s’assimiler à la minorité anglophone du Québec et le gouvernement de la province a alors l’obligation de les y aider.

Il suffit de relire le deuxième paragraphe de l’article 23 de la Charte pour s’en convaincre et pour réaliser que si nous n’en avions pas compris la portée, c’est tout simplement par aveuglement : nous ne pouvions pas admettre que la Constitution canadienne nous ramenait quarante ans en arrière, à l’époque de cette loi linguistique québécoise tristement célèbre qui, en 1969, avait mis l’Est de l’île de Montréal à feu et à sang.

Dans un jugement daté de 1984, la Cour suprême ose affirmer (à mots couverts) que La Charte canadienne visait à contrer la Loi 101. Citons d’abord le jargon de la Cour (je traduirai par la suite) : « vu l’époque où il a légiféré, et vu surtout la rédaction de l’art. 23 de la Charte lorsqu’on la compare à celle des art. 72 et 73 de la Loi 101, il saute aux yeux que le jeu combiné de ces deux derniers articles est apparu au constituant comme un archétype des régimes à réformer ou que du moins il fallait affecter et qu’il lui a inspiré en grande partie le remède prescrit pour tout le Canada par l’art. 23 de la Charte. »

En clair : Étant donné que la Charte a été écrite après la Loi 101, lorsqu’on compare le texte de l’article 23 de la Charte avec le texte correspondant dans la Loi 101, il est évident que la Loi 101 était l’exemple parfait d’une législation que le gouvernement fédéral voulait contrer, ce qui lui a inspiré en grande partie le remède prescrit pour tout le Canada qu’est l’article 23 de la Charte.

Le dernier paragraphe de l’article 23

Il précise qu’on ne peut bénéficier des droits linguistiques constitutionnels que si un nombre suffisant d’élèves sont aptes à en profiter; on ne peut donc pas s’établir dans un village et exiger la construction d’une école ou l’embauche d’un professeur expressément pour un seul enfant parlant une des deux langues officielles du pays.

Références :
Charte canadienne des droits et libertés
Jugement concernant l’Association des commissions scolaires protestantes
L’affaire Solski


Pour consulter les trois volets de la série « Le français en péril », veuillez cliquer sur ceci

Le français en péril — Deuxième de trois volets
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le français en péril — Les solutions

24 juin 2010

Comme nous l’avons vu au deuxième volet de cette série, tout Québécois — qu’il soit francophone, anglophone ou allophone — a le droit de faire partie du groupe linguistique officiel de son choix. S’il choisit d’appartenir à la minorité anglophone, le gouvernement québécois a l’obligation constitutionnelle de l’y aider afin de s’acquitter de son devoir de favoriser l’épanouissement de sa minorité linguistique.

En raison de la dénatalité, les proportions de francophones et d’anglophones au Québec diminuent. À l’opposé, celle des allophones augmente en raison de leur taux de natalité plus élevé et de l’immigration. Puisque les allophones ont le droit constitutionnel de s’assimiler au groupe linguistique de leur choix, il est plus que probable que la majorité d’entre eux choisiront de faire élever leurs enfants en anglais puisque cette langue offre de meilleures chances de réussite que le français. Donc à long terme, les francophones sont appelés à devenir minoritaires au Québec.

Dans un pays comme le nôtre où l’État sert, entre autres, à redistribuer de la richesse, ceux qui en peu d’enfants (les francophones et les anglophones du Québec) paient pour l’école publique offerte aux enfants d’allophones (dont le taux de natalité est plus élevé). Toutefois, puisque la très grande majorité des payeurs de taxes sont francophones, si les allophones choisissent massivement d’envoyer leurs enfants à l’école publique anglaise, les francophones deviennent alors les principaux financiers de l’anglicisation du Québec. En somme, les francophones financeront leur propre extinction.

Les solutions ? La première qui vient l’esprit, c’est la clause dérogatoire. Celle-ci permet à un gouvernement de se soustraire pendant une durée maximale de cinq ans à une exigence de la Charte canadienne des droits et libertés.

Malheureusement, invoquer l’article 33 de la Charte (c’est-à-dire la clause dérogatoire), cela n’est pas possible dans le cas des droits à l’instruction dans la langue de la minorité. Je sais, j’ai dit le contraire dans mon billet du 12 juin dernier mais depuis j’ai lu la Charte et c’est évident pour moi aujourd’hui que j’avais tort.

Alors pourquoi n’est-ce pas possible ?

Le premier paragraphe de cette clause se lit comme suit : « Le Parlement ou la législature d’une province peut adopter une loi où il est expressément déclaré que celle-ci ou une de ses dispositions a effet indépendamment d’une disposition donnée de l’article 2 ou des articles 7 à 15 de la présente charte. »

Or les droits linguistiques sont à l’article 23 de la Charte, hors d’accès de la clause dérogatoire.

Une stratégie alternative consiste à assujettir les écoles anglaises privées non-subventionnées à la Loi 101, c’est-à-dire les forcer à n’admettre que les élèves qui ont obtenu un certificat d’admissibilité délivré par le Ministère de l’éducation. Cette stratégie vise à empêcher les enfants de parents allophones d’être admis dans une école passerelle, de manière à ce qu’ils n’acquièrent jamais le droit d’aller ensuite à l’école publique anglaise en vertu du deuxième paragraphe de l’article 23 de la Charte canadienne.

Sans même avoir été entendue par la Cour suprême, cette question est déjà réglée par celle-ci puisque dans le jugement relatif aux écoles passerelles, la Cour écrit que « La protection accordée par la Charte canadienne n’établit aucune distinction entre le type d’enseignement reçu par l’enfant, le caractère public ou privé de l’établissement d’enseignement ou encore la source de l’autorisation en vertu de laquelle l’enseignement dans une langue est dispensé. » En d’autres mots, cet enseignement pourrait avoir été dispensé par les parents à la maison et cela constituerait un « engagement réel » à faire parti de la minorité anglophone.

Au sujet des droits linguistiques, dans le duel qui l’oppose à la Charte canadienne, la Loi 101 est donc échec et mat.

Toutefois, les citoyens étrangers qui font application pour immigrer dans notre pays mais dont la demande n’est pas encore approuvée sont exclus des droits linguistiques garantis à tous ceux qui habitent le Canada.

Je propose donc un Contrat de citoyenneté québécoise que tout candidat à l’immigration au Québec serait invité à signer. Ce contrat serait facultatif. Toutefois, en cas de refus, la demande d’immigration serait automatiquement refusée dans presque tous les cas. Si le requérant accepte de la signer, sa demande d’immigration serait alors considérée, rien de plus.

Ce contrat contiendrait une clause en vertu de laquelle le requérant s’engage à envoyer ses enfants (ceux qu’il a déjà et ceux qui pourraient naître au Québec) à l’école française tant que ceux-ci n’obtiendront pas leur majorité. Le défaut de respecter ce contrat serait assujetti à des pénalités importantes (par exemple 100,000$ par enfant).

Il s’agirait d’un contrat civil entre une personne morale (le gouvernement du Québec) et le requérant. Aucune loi ne devrait obliger la signature de ce contrat. Ceci afin d’empêcher des contestations juridiques s’appuyant sur le fait qu’on ne peut renoncer à des droits fondamentaux. Cette renonciation s’apparenterait donc à celle d’un citoyen qui renonce librement à sa liberté d’expression en signant un accord de confidentialité.

Évidemment, si le Québec prenait une telle décision, il faudrait prévoir que les dirigeants de la communauté anglophone du Québec puissent s’adresser au gouvernement fédéral pour qu’il mette fin à l’entente qui autorise le gouvernement québécois à administrer, au nom du gouvernement fédéral, les demandes d’immigration dans notre province.

Dans le cas où le gouvernement fédéral mettrait fin à ce seul espoir des Québécois francophones de s’assurer qu’ils demeureront majoritaires dans notre province, le gouvernement québécois devrait alors lancer une importante campagne de sensibilisation afin que la vaste majorité d’entre nous réalisent que le libre choix de la langue d’enseignement entraine irrémédiablement l’extinction du fait français au Québec.

Cette campagne serait le préparatif en vue d’un troisième et dernier référendum. Si les Québécois le rejettent, c’est leur choix et le gouvernement québécois devrait agir en conséquence jusqu’à l’extinction, voulue démocratiquement, du peuple québécois.

Références :
Charte canadienne des droits et libertés
Jugement de la Cour suprême du Canada concernant les écoles passerelles


Pour consulter les trois volets de la série « Le français en péril », veuillez cliquer sur ceci

Le français en péril — Les solutions
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les écoles passerelles

21 juin 2010

Le projet de loi 103 prévoit une grille d’analyse dont se serviront des fonctionnaires pour déterminer qui — parmi les élèves qui devraient fréquenter l’école française en vertu des dispositions invalidées de la Loi 101 — pourront plutôt fréquenter l’école publique anglaise en vertu de cette nouvelle loi. Un des critères principaux est le passage de trois ans dans une école anglaise privée.

S’il est adopté, le projet de loi 103 accordera le droit d’aller à l’école publique anglaise non seulement à l’élève en question, mais également à ses frères, ses sœurs et ses descendants. Compte tenu du faible taux de natalité parmi les québécois francophones, et grâce à cet effet multiplicateur, la loi 103 permettra donc l’anglicisation progressive du Québec aux frais des contribuables, très majoritairement francophones pour l’instant.

Pour donner une idée de l’importance de ce phénomène, signalons que le Québec accueillait environ 50 000 immigrants (hommes, femmes et enfants) en 2008 alors que cette année-là, plus de quatre milles élèves fréquentaient illégalement une école passerelle, un nombre en croissance exponentielle depuis une décennie : environ 700 en 1998, 1379 en 2002 et plus de 4000 en 2008.

Rappelons également que le gouvernement du Parti libéral du Québec a sabré dernièrement dans les cours de francisation destinés aux immigrants et voilà qu’il leur ouvre les portes de l’école publique anglaise.

En vertu de la grille d’analyse de la loi 103, les écoles privées de langue anglaise ne sont pas toutes sur le même pied. Un passage dans une école parmi neuf établissements scolaires dits de type « A », jugées véritablement anglophones — en réalité, plus onéreux car totalement non-subventionnés par l’État — donnera davantage de points.

Ce sont l’Académie adventiste Greaves, l’Académie Kells, l’Académie Kuper, l’école Selwyn House, le Lower Canada College, Miss Edgar’s and Miss Cramp’s School, le St. George’s School of Montreal, The Priory School et The Study.

À une exception près, elles sont situées dans un périmètre assez restreint de l’île de Montréal, essentiellement à Westmount et ses environs immédiats. Les voici :

Académie adventiste Greaves
2330 Av. West Hill
Montreal H4B 2S3
Téléphone  : 514-486-5092
Télécopieur : 514-486-0515
Site Web

Académie Kells Academy
6865 De Maisonneuve Ouest
Montréal QC
Téléphone  : 514-485-8565
Télécopieur : 514-485-8505
Site Web

Académie Kuper
2975 rue Edmond
Kirkland H9H 5K5
Téléphone : 514-426-3007
Courriel / Site Web

École Selwyn House School
95 Chemin Côte-Saint-Antoine
Westmount H3Y 2H8
Téléphone  : 514-931-9481
Télécopieur : 514-931-6118
Site Web

Lower Canada College
4090, avenue Royal
Montréal H4A 2M5
Téléphone  : 514-482-9916
Télécopieur : 514-482 0195
Site Web

Miss Edgar’s and Miss Cramp’s School
525 Mount Pleasant
Westmount H3Y 3H6
Téléphone  : 514-935-6357
Télécopieur : 514-935-1099
Courriel / Site Web / Rubrique Wikipedia

St. George’s School of Montreal
3100 The Boulevard
Westmount H3Y 1R9
Téléphone  : 514-937-9289
Télécopieur : 514-933-3621
Courriel / Site Web

The Priory School
3120 The Boulevard
Westmount H3Y 1R9
Téléphone  : 514-935-5966
Télécopieur : 514-935-1428
Courriel de la directrice / Site Web

The Study
3233 The Boulevard
Westmount H3Y 1S4
Téléphone  : 514-935-9352
Télécopieur : 514-935-1721
Courriel / Site Web

Les écoles passerelles
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le projet de loi 103 : Over my dead body !

12 juin 2010

Afin de contourner la loi 101, il suffisait d’envoyer ses enfants pendant quelques semaines ou quelques mois dans des écoles dites « passerelles » — des établissements privés non subventionnés de langue anglaise — pour obtenir le droit de les envoyer ensuite à l’école publique anglaise.

En 2002, 1379 élèves avaient eu recours à ce stratagème, le double qu’en 1998. Pour y mettre fin, le gouvernement québécois rendait ces écoles passerelles illégales en 2002 en vertu d’une loi jugée depuis anticonstitutionnelle par la Cour suprême du Canada. Signalons que malgré l’effet dissuasif de cette loi, le nombre d’écoliers fréquentant une école passerelle sans détenir de certificat d’admissibilité dépassait 4 000 pour l’année scolaire 2007-2008 alors que le Québec accueillait environ 50 000 immigrants (hommes, femmes et enfants). C’est donc dire l’importance du phénomène.

Après des mois de réflexion, le gouvernement libéral vient de présenter sa solution alternative, soit le projet de loi 103. Celui-ci prescrit que l’élève devra avoir passé au moins trois ans dans un établissement privé anglais non subventionné pour avoir accès — cet élève, ses frères, ses soeurs et ses descendants — au réseau public anglophone qui, rappelons-le, est financé par les payeurs de taxes (en majorité francophones).

En fait, le droit à l’école anglaise sera évaluée au cas par cas, selon une grille d’analyse complexe prévue par règlement et qui nécessitera des dizaines de milliers d’heures de fonctionnaires à analyser les cas soumis. Ces fonctionnaires seront payés, encore là, par les payeurs de taxes majoritairement francophones.

Quant aux coûts de l’école totalement privée — de 8 000$ à 12 000$ par an — cette somme n’est pas si dissuasive qu’elle paraît puisque les écoles concernées donnent elles-mêmes le moyen de la rendre déductible d’impôt donc financée indirectement par les contribuables.

De plus, je n’aimerais pas apprendre par les journaux qu’on peut obtenir le droit d’envoyer ses enfants à l’école anglaise en échange d’une contribution à la caisse de Parti libéral du Québec.

Alors que le Conseil supérieur de la langue française recommandait de soumettre les écoles privées non subventionnées à la loi 101, ce qui nécessitait le recours à la clause nonobstant de la Constitution canadienne, le gouvernement Charest a choisi d’ignorer cet avis et de légaliser les écoles passerelles en limitant toutefois, de son propre aveu, leur accès par des mesures administratives dilatoires. Il faut une naïveté que je n’ai plus pour croire qu’on peut légalement empêcher indirectement ce qu’on ne peut pas empêcher directement.

Pourquoi donc le gouvernement libéral refuse-t-il d’utiliser la clause nonobstant ? Parce qu’une telle dérogation irrite le Canada anglais. À mon avis, le Québec ne doit jamais hésiter à y recourir quand son avenir en dépend. N’oublions pas que la Constitution canadienne, ce n’est pas notre constitution; c’est celle du Canada anglais. Elle fut adoptée grâce à un déblocage survenu le lendemain d’une nuit de négociation intensive à laquelle le Québec n’avait pas été invité mais à laquelle toutes les provinces anglophones ont participé. Jamais le Québec n’a voté pour cette Constitution. Elle fut passée sur notre dos.

Donc cette Constitution, on s’en sert quand ça fait notre affaire et on invoque sans hésiter la clause nonobstant lorsque c’est nécessaire. Si le Canada anglais n’aime pas cela, c’est son problème et non le nôtre.

On me dit qu’il est normal pour un immigrant au Québec de souhaiter le meilleur avenir possible pour ses enfants, ce qui signifie les envoyer à l’école anglaise. Je réponds qu’en tant que payeur de taxe, je refuse de payer pour l’anglicisation du Québec. Si cet immigrant veut payer en totalité pour l’école privée non-subventionné, cela ne me regarde pas.

Mais s’il s’imagine que je vais payer stupidement pour que le français disparaisse du Québec, il est mieux de prier le Ciel pour que le Parti libéral du Québec demeure au pouvoir jusqu’à notre extinction.

Références :
Coalition contre le projet de loi 103
Jugement de la Cour suprême du Canada
L’école anglaise ouverte aux parents fortunés
Loi 103: la dictature de l’arbitraire
Une passerelle plus étroite

Note : Photo de M. Charest par le journal Le Devoir.

Le projet de loi 103 : Over my dead body !
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Croisière sur le Yangzi

11 juin 2010

 

 
Le succès de cette vidéo m’a surpris.

J’avais combiné en un seul diaporama, les trois jours de croisière sur le Yangzi, convaincu que peu de personnes le trouveraient intéressant; le même ciel gris pendant toute la croisière, de l’eau, encore de l’eau et deux rives plus ou moins escarpées qu’on montre et remontre pendant sept minutes, quel ennui (croyais-je).

De tous mes vidéos sur la Chine, c’est pourtant l’une des plus populaires. J’ai même fini par la trouver pas si mal.

Alors, de quoi parle-t-il ?

Le premier jour de cette croisière à bord du Yangtze No 1, nous faisons escale à un port à quelques km en aval du Barrage des Trois Gorges afin de nous y rendre en autobus.

Ce barrage, large de 2 km et haut de 100 mètres, est le plus grand au monde. Il possède une capacité à retenir plus de 39 milliards de mètres cubes d’eau. Sa construction a nécessité le déplacement de 1,3 millions de personnes et la montée des eaux a englouti près d’un millier de villages. Il a été conçu pour produire 84,7 gigawatts par année, soit presque le double de la capacité hydro-électrique du Québec.

De retour au navire, nous traversons les écluses et terminons la journée encrés en face de l’embouchure du ruisseau des Shennong (que nous visiterons le lendemain).

Le deuxième jour de cette croisière, nous empruntons un bateau plus petit afin de naviguer sur le ruisseau des Shennong. Affluent du Yangzi, ce ruisseau est maintenant large comme une rivière depuis la montée des eaux causée par le Grand barrage. En cours de navigation, notre groupe s’arrête pour se répartir dans plusieurs chaloupes. Leurs rameurs nous entrainent vers l’ultime partie encore navigable de ce cours d’eau : le halage qu’on y pratique de nos jours n’est plus qu’une mise en scène plaisante pour touristes. De retour au bateau, nous poursuivons notre croisière, alors que le Yangtze No 1 continue silencieusement sa course jusqu’au lendemain matin.

Le troisième jour, nous visitons un site appelé « Cité fantôme ». Il s’agit d’un complexe religieux saccagé au cours de la Révolution culturelle et en voie de restauration depuis. Pour l’instant, le tout est d’un intérêt limité sauf quand à un pagode magnifique derrière laquelle un escalier dérobé permet d’avoir une vue unique sur le Yangzi.

C’est pendant cette visite qu’une défectuosité m’a privé momentanément de l’usage de mon appareil-photo, d’où le saut un peu brutal, dans la vidéo, de la Cité fantôme au bateau.

La vidéo se termine par notre arrivée nocturne à Chongqing et par des extraits de réclames télévisées (sans leur bande sonore).

J’ai été fasciné par ces dernières. Tout le monde y est beau et souriant. Les couleurs y sont vives. Je m’attendais à plus de grisaille, si bien qu’après quelques minutes, j’ai finit par me demander si j’étais bien dans un pays totalitaire. Toutefois, à bien y penser, cet optimisme, ce bonheur apparent et cette insouciance rejoignent l’art pictural révolutionnaire sous Mao, qui partageait les mêmes caractéristiques.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Croisière sur le Yangzi
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de voyage, Photos du fleuve Yangzi — 扬子, Vidéos | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — De Xi’an à Yichang

10 juin 2010

 

 
Cette nuit-là, un vent de Sibérie avait fait chuter la température et nettoyé l’air du smog que nous respirions depuis notre arrivée en Chine.

En quittant Xi’an, je me fais plaisir en filmant tout et n’importe quoi sur notre trajet vers l’aéroport.

Puis c’est l’avion de Xi’an à Wuhan. Celle-ci est la douzième ville la plus peuplée de Chine, avec ses 9,7 millions d’habitants. Nous y prenons l’autocar pour la ville riveraine de Yichang : ce port compte 1,4 millions d’habitants. Finalement, nous embarquons sur le Yangtse No 1, le bateau sur lequel nous entamerons dès le lendemain, une croisière de trois jours.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — De Xi’an à Yichang
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de voyage, Photos de Wuhan — 武汉, Photos de Xi'an — 西安, Photos de Yichang — 宜昌, Vidéos | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Deuxième journée à Xi’an

10 juin 2010

 

 
La vidéo débute par une vue en plongée, à partir de la fenêtre de ma chambre, de deux jeunes femmes qui, traversant en diagonale une intersection, y détourneront brièvement la circulation.

Notre première visite de la journée sera aux remparts de Xi’an, auxquels nous accédons par la Porte sud. Ceux-ci constituent l’un des plus grands systèmes défensifs militaires médiévaux existant dans le Monde. Larges de 14 mètres à leur sommet et de 18 mètres à leur base, ils forment un carré de 14 kilomètres de long.

Dans un parc industriel, nous faisons ensuite la visite d’une fabrique d’objets en jade (dans laquelle on vend également d’autres objets de luxe, comme de l’agate sculptée).

Après un repas du midi en ville, nous prenons la route en direction de l’armée de soldats en terre cuite. Découverte en 1974, cette armée date de plus de 2 200 ans et comprend plus de 10 000 soldats originellement polychromes. Ils sont situés dans la partie explorée du mausolée du premier empereur chinois.

Chacun des milliers de soldats en terre cuite est à la fois différent et semblable aux autres soldats de son rang. Il se distingue par de subtiles particularités; un chignon du même côté de la tête mais dressé un peu autrement, un col d’une couleur différente, un visage imberbe, un nez plus long, des sourcils plus fournis, etc.

Tous les ouvriers qui participèrent à l’édification du mausolée du premier empereur furent tués afin qu’ils n’en révélèrent pas les secrets. À la mort de l’empereur, ce dernier était tellement détesté qu’aussitôt que des paysans eurent trouvé son mausolée, ils saccagèrent tout ce qu’ils y trouvèrent. C’est donc dans cet état que les milliers de soldats de terre cuite y furent redécouverts.

De retour à Xi’an pour le repas du soir, alors que le reste du groupe organisé est demeuré à l’hôtel, un collègue et moi sautons dans un taxi afin d’effectuer une escapade nocturne au Temple de la Cloche et au Temple du Tambour, et nous mêler à la foule dans une petite rue commerciale où, pendant près d’une heure, nous serons les deux seuls Occidentaux présents.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Deuxième journée à Xi’an
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de voyage, Photos de Xi'an — 西安, Vidéos | Mots-clés : , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Première journée à Xi’an

9 juin 2010

 

 
La journée commence à Beijing, que nous n’avons pas encore quittée.

Derrière notre hôtel, il y avait un canal. Et de l’autre côté de ce canal, ce matin-là, un chinois faisait son Tai-chi. Je ne crois pas qu’il ait été conscient de ma présence. Je me suis senti privilégié d’être l’unique spectateur de ce ballet extraordinaire.

L’avion et l’autobus nous transportent ensuite à Xi’an, elle aussi dans le smog. Cette ville est une ancienne capitale impériale aujourd’hui peuplée de quatre millions d’habitants et dont le PIB per capita en 2005 était de 2,500 $ (2,000 euros). Nous y visitons le Musée d’histoire du Shaanxi.

Puis nous partons pour le parc entourant la Pagode de l’oie sauvage. Ce parc est très populaire auprès des adolescents et des jeunes familles.

Nous prenons ensuite la route en direction du New World Hotel Xi’an, situé à l’intérieur des remparts de la ville. Cet hôtel est construit autour d’une cour extérieure au fond de laquelle se dresse une immense fresque. On peut d’ailleurs entrevoir cette fresque au-dessus de comptoir de la réception.

La journée se termine par le Spectacle de la dynastie des Tang. Celui-ci est une suite de numéros plutôt conventionnels dont certains ne manquent pas de charme. Vous quittez cette vidéo quand vous en aurez assez.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Première journée à Xi’an
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Chine — 中国, Photos de voyage, Photos de Xi'an — 西安, Vidéos | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Troisième journée à Beijing

8 juin 2010

 

 
Cette journée commence dans le smog par une brève visite au parc entourant le Stade olympique. Surnommé « Nid d’oiseau », ce stade de 91 000 places est enrubanné de 36 km de poutres d’acier.

Puis l’autobus nous amène à un magasin de perles d’eau douce. Contrairement aux huîtres de mer, les huîtres d’eau douce peuvent produire des dizaines de perles à la fois. De plus, elles se distinguent par leur forme triangulaire et leur taille plus importante.

L’après-midi se passe au Palais d’été. Situé à quelques kilomètres de Beijing, le Palais d’été est en réalité un parc de 2,9 km², dont trois quarts sont occupés par un plan d’eau.

Décorée de plus de 14,000 peintures, la Galerie couverte permet de se promener le long de ce lac, protégé du soleil et des intempéries. Avec ses 0,7 km, cette galerie en bois est la plus longue au Monde. Chacune de ses poutres représente une scène différente.

Après avoir pris le repas du soir à l’hôtel, nous passons la soirée au Théâtre Liyuan pour y assister à des extraits d’opéras de Pékin.

Dans l’opéra traditionnel chinois, tous les rôles (y compris les rôles féminins) sont tenus par des hommes. Dans ce théâtre, les spectateurs pénètrent dans la salle de spectacle par des entrées situées à gauche d’un couloir, tandis qu’à droite de ce couloir, derrière une longue table, les chanteurs se maquillent à la vue de tous.

Le premier des deux extraits est tiré de l’opéra « La Rivière d’automne ». Il raconte l’histoire d’une nonne taoïste qui s’est enfuie de son couvent afin de rejoindre son amoureux. Elle doit néanmoins traverser une rivière, aidée d’un vieux batelier qui, grâce au Ciel, est nul autre que son oncle.

Personnellement, je trouve cet extrait absolument génial. Toutefois, si vous ne partagez pas mon enthousiasme, sentez-vous libre de quitter cette vidéo quand vous en aurez assez.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Troisième journée à Beijing
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Beijing — 北京, Photos de Chine — 中国, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : , , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :