Fleurs de poirier au 5295 Henri-Julien

29 avril 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/1600 sec. — F/2,5 — ISO 160 — 20 mm

Fleurs de poirier au 5295 Henri-Julien
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Botanique | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les messagers du printemps

27 avril 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En ville, ce ne sont pas les hirondelles qui annoncent le printemps, mais plutôt les pissenlits. Ils sont partout à égayer les pelouses, au grand désespoir de ceux qui s’obstinent à préférer leur gazon uniformément vert.

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/800 sec. — F/1,8 — ISO 100 — 20 mm

Les messagers du printemps
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Botanique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Cure-dents

26 avril 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Une bague d’inversion est un accessoire photographique qui permet
d’inverser un objectif, c’est-à-dire qui permet de le visser par l’extrémité qui normalement pointe vers le sujet.

Achetée sur l’internet pour 7 $ (environ 5 €), cette bague d’inversion de 52 mm pour appareil µ4/3 permet de transformer en puissant objectif macro, n’importe quel objectif ayant ce diamètre (ce qui est le cas du Lumix 14-45 mm).

Détails techniques : Panasonic GH1, bague d’inversion, objectif Lumix 14-45mm — 1/30 sec. — ISO 640 — 45 mm

Cure-dents
Votre évaluation :

4 commentaires

| Macrophotographie | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Mode d’emploi de la mélatonine

26 avril 2010

Lune2

Il est plus facile de se remettre du décalage horaire lorsqu’on traverse plusieurs fuseaux horaires vers l’Ouest que le contraire. Selon la littérature scientifique, notre rythme circadien récupère quotidiennement 92 minutes après un trajet vers l’Ouest, et 57 minutes par jour à la suite d’un trajet vers l’Est.

Cela ne correspond pas du tout à mon expérience personnelle; je récupère toujours plus rapidement à l’aller qu’au retour, peu importe la destination de mes vacances, probablement parce que je m’expose à la lumière du jour dès le premier matin de mes vacances à l’étranger, alors que je récupère dans la pénombre de ma chambre à coucher dans les jours qui suivent mon retour à la maison.

En effet, l’exposition à la lumière naturelle est le meilleur moyen de reprogrammer notre cycle veille-sommeil.

La mélatonine est une hormone, vendue en pharmacie, qu’on peut utiliser afin de lutter contre de décalage horaire. Lorsqu’on prend une préparation pharmaceutique de mélatonine le soir, avant que ne débute la sécrétion endogène, elle reprogramme plus tôt le cycle veille-sommeil. Prise le matin, après la baisse de mélatonine endogène, elle reprogramme ce cycle plus tard.

Sur le marché québécois, les préparations de mélatonine en contiennent 3 mg par dose. Sur les étiquettes de ces préparations, la posologie indiquée est d’une dose au coucher. Cette posologie n’est valable que lorsqu’on voyage vers l’Est.

Lorsqu’on traverse plusieurs fuseaux horaires vers l’Ouest, il est inutile de prendre de la mélatonine au coucher; notre corps, habitué de s’endormir plus tôt, secrète déjà cette hormone depuis plusieurs heures. Dans ce cas précis, on doit prendre la mélatonine dans la deuxième moitié de la nuit, lorsque les taux de mélatonine endogène ont commencé à baisser. C’est par ce moyen qu’on peut reporter à plus tard notre cycle veille-sommeil.

La durée du traitement varie selon la direction du vol. Vers l’Est, le nombre de jours de traitement égale, au maximum, le nombre de fuseaux horaires traversés. Lors d’un vol vers l’Ouest, ce nombre maximal de jours sera les deux tiers du nombre de fuseaux horaires traversés.

Puisque l’effet de la mélatonine est de courte durée — sa demi-vie est de moins d’une heure — la dose peut être répétée au cours de la nuit si et seulement si l’heure de la deuxième prise correspond à une période d’ensoleillement dans le pays d’où on vient. Par exemple, si vous éprouvez des difficultés à vous rendormir après un réveil involontaire à 4h du matin, vous pourriez prendre une deuxième dose de mélatonine si vous êtes sous l’effet d’un décalage horaire de 12 heures, c’est-à-dire s’il est 4h de l’après-midi dans le pays d’où vous provenez.

À votre retour, il est préférable de lutter raisonnablement contre l’envie de faire des siestes. Toutefois celles-ci ne sont pas interdites à la condition de les faire dans une pièce lumineuse ; par exemple, le jour, en évitant de tirer les rideaux de la chambre à coucher et de s’enfouir sous les couvertes.

Référence : New England Journal of Medicine 2010;362:440-7.

Mode d’emploi de la mélatonine
Votre évaluation :

Un commentaire

| Science | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Décapotable rouge

25 avril 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Depuis que j’ai mon appareil-photo Panasonic GF1, il fait parti des objets que je transporte dans mon sac à dos. Ce soir, en revenant du travail, plus précisément à l’intersection de l’avenue du Parc et de Mont-Royal, est venue se loger en plein dans mon champ de vision, cette mignonne petite Corvette rouge. Le temps d’ouvrir mon sac à dos…

Ici je n’ai pas cherché à masquer le reflet de la chemise à carreaux du passager assis devant moi dans l’autobus.

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/250 sec. — F/1,7 — ISO 100 — 20 mm

Décapotable rouge
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Tulipes sur la rue Rivard

23 avril 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/2500 sec. — F/2,8 — ISO 125 — 20 mm

Tulipes sur la rue Rivard
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Botanique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Ombre, rue Rivard

23 avril 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Panasonic GF1, objectif Lumix 20mm F/1,7 — 1/1600 sec. — F/2,5 — ISO 100 — 20 mm

Ombre, rue Rivard
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Trois questions au sujet de Dany Villanueva

22 avril 2010

Rappel

Dany Villanueva est ce jeune citoyen du Honduras qui vit au Canada depuis l’âge de 12 ans, qui a été condamné en 2006 pour vol qualifié, qui est en attente de procès pour un autre vol qualifié et c’est celui dont le frère Fredy a été abattu par un policier alors qu’il tentait de se porter à la défense de Dany qui lui, résistait à son arrestation.

Questions No 1

On peut dire de beaucoup de jeunes qu’ils sont promis à un avenir intéressant. Ceux qui réussissent en classe. Ceux qui accumulent les honneurs ou les médailles dans des compétitions sportives. Ceux qui participent à des organismes qui travaillent à améliorer le Monde. Ceux qui, à l’aide de leur ordinateur, font des choses qui épatent leurs amis. Etc. Si le passé est garant de l’avenir, Dany Villanueva est-il promis à un bel avenir ?

Questions No 2

Présentement, Dany Villanueva est un petit criminel. Mais il n’a pas tué personne. Et si j’ai bien compris, ses « crimes» se limitent au vol d’une chainette, de possession d’arme (ou d’un simili-revolver, selon les versions contradictoires sur le Web), de possession d’une petite quantité de marijuana, d’entrave au travail policier, d’avoir appartenu à un gang de rue et de continuer à les fréquenter malgré l’interdiction expresse de la Cour. Ceci étant dit, quelle contribution positive à la société québécoise peut-on s’attendre de Dany Villanueva dans les années qui viennent ?

Note : Je sais que cette question ressemble à la première. La différence, c’est que la question 1 concerne la réalisation de soi, tandis que la question 2 concerne les bénéfices pour la société.

Questions No 3

Il y a des millions de personnes à travers le Monde qui aimeraient vivre au Canada. Parmi eux, des milliers de personnes ont déjà fait application pour immigrer au pays et sont en attente d’une décision. À cause des quotas, la majorité d’entre eux seront refusés. Pourquoi Dany Villanueva devrait-il être accepté ? Que sait-il faire d’utile ou de mieux que les autres personnes qui voudraient immigrer ici ?

Conclusion

Personne ne peut entrevoir le jour où Dany Villanueva deviendra un honnête citoyen. Malgré l’ordre de la Cour en 2006, d’éviter de se tenir avec des gangs de rue, il a eu l’audace de participer à deux vidéos promotionnels du gang des Rouges de Montréal-Nord. La Justice lui a donné une chance de changer pour le mieux. Sa famille a même déménagé à Répentigny. Malgré tout cela, Dany est demeuré lié à ses amis voyous de Montréal-Nord.

Pour certains, il est un rebelle et une victime. Pour moi, il est l’exemple parfait du type d’immigrant dont le Québec peut se passer.

Références :
Dany Villanueva minimise la portée de son affiliation à un gang de rue
La carrière musicale de Dany Villanueva
L’autre côté de la médaille
Des fréquentations douteuses

Paru depuis :
Dany Villanueva arrêté dans une opération antidrogue à Montréal-Nord (2016-04-01)

Trois questions au sujet de Dany Villanueva
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Armée lourde

21 avril 2010

Vingt-sept pour-cent de tous les Américains âgés de 17 à 24 ans sont dans une situation d’embonpoint telle qu’elle empêche leur incorporation dans l’armée, ce qui pose un problème de recrutement et, conséquemment, de sécurité nationale pour les États-Unis.

Référence : Yahoo! Actualités

Armée lourde
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Opinion | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La ministre chez Don Corleone

21 avril 2010

Autrefois, la nomination des juges aux tribunaux de juridiction provinciale était l’objet d’un démarchage intense de la part des candidats. Afin d’y mettre fin, le gouvernement du Parti québécois a instauré en 1979 la procédure suivante.

Un comité officiel de sélection formé de trois membres — représentant la magistrature, la corporation professionnelle des avocats, et le public — suggérait au ministre de la Justice une liste de candidats aptes à occuper un poste de magistrat. Parmi cette liste, le ministre ne soumettait au Conseil des ministres que le candidat méritant sa recommandation.

Le Conseil des ministre entérinait ou rejetait ce choix. Rarement, sinon jamais, n’a-t-on remis en question la recommandation du ministère de la Justice. Selon Le Devoir, même avant l’adoption de cette procédure, le premier ministre Bourassa, par exemple, évitait de mettre son nez dans le choix de la recommandation du ministre de la Justice.

La semaine dernière, Le Devoir apprend du cabinet de la ministre de la Justice que ce ministère soumettrait au Conseil des ministres, non seulement sa recommandation mais également la liste des candidats retenus par le Comité de sélection. À partir de cette information — démentie par la suite — le journaliste du Devoir publie un article fort bien documenté qui démontre qu’il s’agit d’une régression qui ouvre la porte à toutes les magouilles politiques.

Coup de théâtre, le lendemain. M. Charest déclare que l’attachée de presse de la ministre de la Justice s’est trompée. Le mécanisme est inchangée. Tout est beau. On s’affole pour rien. Selon La Presse, seul la ministre de la Justice a accès à la liste des avocats acceptables comme magistrats, et fait sa recommandation, sans débat, au Conseil des ministres. Ouf! Tout est bien qui finit bien.

Mais on apprend dans La Presse du lendemain 17 avril que la ministre de la Justice discute, au moins occasionnellement, avec M. Charest des candidats au poste de juge avant de soumettre sa recommandation au Conseil des ministres.

On imagine ce bon Don Corleone Charest, à l’abri des regards indiscrets, mettant son nez dans la liste confidentielle des candidats, y repérant un candidat ami, se faisant l’avocat du diable (si j’ose dire), ou simplement s’informant des raisons pour lesquelles le candidat Untel n’a finalement pas été choisi, et s’empressant dès le départ de la ministre de son bureau, d’aviser un membre du Conseil des ministres de faire ce qu’il faut pour qu’Untel soit plutôt nommé.

P.S.— Dans La Presse du 19 avril, on apprend qu’en 2007, la ministre de la Justice a nommé quinze juges dont treize sont des donateurs, souvent généreux, à la caisse du Parti libéral du Québec. Trois jours plus tôt, le même quotidien révélait que sous le gouvernement Charest, le représentant du public au Comité tripartite conseillant le ministre de la Justice peut être la conjointe d’un sous-ministre ou d’un ministre libéral.

La ministre chez Don Corleone
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| corruption, Opinion | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :